Inga : la RDC se penche sur l’énergie à Matadi

In Environnement
Inga, SNEL

La RDC tient son premier forum sur l’énergie, du 20 au 22 août à Matadi, dans le Kongo central, près du barrage Inga. A l’initiative de la présidence de la République, le forum se propose de dresser un état des lieux, et de penser la gestion de l’énergie. Les participants devraient dégager aussi les impacts sur l’industrie et le développement rural.

Les experts de la société nationale de l’électricité ainsi que les gouverneurs de province, et le patronat congolais, y prennent part. Le président Félix Tshisekedi a été annoncé à ce forum. Depuis son élection, il ne cache pas son intérêt pour le développement du secteur énergétique, particulièrement les projets Inga.

Matadi, à côté du barrage d’Inga

Le choix de la ville de Matadi est tout un symbole. La région abrite le plus puissant barrage hydroélectrique d’Inga (8 projets au total dont Inga 3). Ce barrage recèle un potentiel hydroélectrique de 44.000 MW, assez suffisant pour alimenter toute la RDC ainsi que l’Afrique centrale, voire plus.

Or, ce potentiel reste non exploité à fond à ce jour. De manière prioritaire, les attentions se focalisent sur le projet Inga 3. Il attire particulièrement la Banque africaine de développement (BAD). A l’ouverture du 39e sommet de la SADC en Tanzanie, le président de la BAD, Akinwumi Adesina, a promis le soutien de son organisation à Inga.

De l’argent pour financer les projets Inga

De l’argent pour financer ce projet colossal, c’est ce qui manque à la RDC jusqu’ici. L’Afrique du Sud qui avait manifesté en 2014 l’intention d’y apporter son soutien s’est quasiment rétractée. En vue d’obtenir la moitié de la production d’ Inga 3, elle devrait débourser chaque année 830 millions par euros par an, d’après une université américaine. Cela, jusqu’à l’achèvement du projet, d’ici à 2030.

S’il était achevé, Inga devrait permettre au Congo d’électrifier plusieurs régions. Seulement 15% de la population congolaise ont accès à l’électricité au Congo. Le projet Inga devrait par ailleurs faciliter à l’industrie minière, particulièrement dans l’ancien Katanga, d’avoir plus d’énergie. Le résultat devrait être l’augmentation des productions des minerais, le cuivre et le cobalt notamment. La région a besoin de 860 MW supplémentaire, rien que pour les mines.

La veille du démarrage de ce forum, une ONG a interpellé le président Félix Tshisekedi sur deux choses. Elle lui demande de réaliser une étude sur l’impact environnemental. Et, en même temps, de montrer quelles en seront les retombées économiques pour les populations.

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Le calme à Lubumbashi, au lendemain des marches contre l’Afrique du Sud

Un vendredi plus calme que la veille à Lubumbashi. La police était visible à plusieurs endroits de la ville,

Lire plus...
Laurent-Désiré Kabila

Mugabe, l’ami de la RDC des Kabila

« Un digne fils de l'Afrique », les mots de Joseph Kabila à l'annonce de la mort du Zimbabwéen

Lire plus...

Jacques Kyabula rentre d’urgence à Lubumbashi après les violences contre la RSA

Le gouverneur du Haut-Katanga, Jacques Kyabula Katwe, est rentré précipitamment le soir du 5 septembre à Lubumbashi. Il participait

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders