Lubumbashi : Les journalistes à l’école de la responsabilité

In Actualités
Responsabilité des journalistes

L’Union nationale de la presse du Congo, UNPC, réunit des membres à Lubumbashi dans un atelier de renforcement de capacité depuis le 5 septembre. L’atelier, soutenu par le gouvernement du Haut-Katanga à travers le gouverneur Jacques Kyabula Katwe, traite de la responsabilité sociale des journalistes.

L’objectif est de renforcer les capacités professionnelles des journalistes évoluant dans le climat politiquement tendu comme en RDC. Une cinquantaine de participants prennent part à ces travaux dont les premiers enseignements ont été conduits notamment par le professeur Christian Kunda, directeur adjoint du cabinet du gouverneur Kyabula.

Responsabilité des médias

Pour un journalisme de paix Les journalistes ont été appelés à favoriser la cohabitation et le vivre-ensemble entrés les communautés. Car, en effet, la RDC qui construit encore sa démocratie a besoin d’une presse responsable œuvrant pour la paix et la cohésion sociale. D’où la responsabilité des médias dans le choix des informations dans un contexte pacifiquement instable.

Le ministre provincial de l’économie, représentant le vice-gouverneur, qui croit que le journaliste devrait se rétracter à chaque fois qu’il est empêché d’accéder aux informations, a tout de même reconnu que le rôle de la presse est essentiel dans la construction de la paix sociale.

Le professeur Christian Kunda, longtemps actif dans la presse aussi, appelle les journalistes à plus de professionnalisme pour réussir à contribuer à la paix, en accompagnant la bonne gouvernance par un journalisme responsable.

Journaliste, une lumière pour sa société

Du journalisme pour donner la lumière Dans la société, le journaliste est une lumière qui apporte la lumière. L’affirmation est du président de la commission de discipline de l’UNPC, Lumbu Laylay. Celui-ci se convainc que les journalistes devraient s’engager pour un travail davantage responsable pour ne point donner aux politiques l’opportunité de s’en prendre à eux pour dérapage professionnel. Ainsi, affirme-t-il, le journaliste sera alors une lumière, celle dont la société à besoin.

Cependant, il conviendrait que l’état protège la profession des journalistes par la promotion des investissements respectant la loi congolaise et les droits du journaliste, en favorisant un environnement professionnel sain. Les investisseurs devraient, eux aussi, offrir aux journalistes d’accéder à des conditions professionnelles descentes. Dans ce sens de la sécurité professionnelle et à la réduction des délits commis par voie de presse.

Fidèle Bwirhonde

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Photographie, presse

Responsabilité sociale des journalistes, l’initiative de l’Unpc dans le Katanga

L'union nationale de la presse du Congo a clôturé son atelier de formation des journalistes à Lubumbashi. Il s'agissait

Lire plus...

Le calme à Lubumbashi, au lendemain des marches contre l’Afrique du Sud

Un vendredi plus calme que la veille à Lubumbashi. La police était visible à plusieurs endroits de la ville,

Lire plus...
Laurent-Désiré Kabila

Mugabe, l’ami de la RDC des Kabila

« Un digne fils de l'Afrique », les mots de Joseph Kabila à l'annonce de la mort du Zimbabwéen

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders