Réchauffement climatique, l’Afrique doit agir maintenant

In Environnement

4% d’émissions de gaz à effets de serres. La part de l’Afrique dans le réchauffement climatique qui mobilise une partie de la terre.

Au sujet des émissions de gaz à effets de serres, désignés comme cause de la surcharge de la terre, l’Afrique n’est pas mal partie. Elle réunit 4%, du total planétaire. Cependant, elle ressent bien les conséquences mondiales du problème. 

A New-York, l’ONU alerte contre le réchauffement climatique

Alors qu’à New-York les États arrivent pour accélérer les actions en faveur du climat, en Afrique, la mobilisation a certes commencé. Il y a quelques années. Mais, moins dans le sens à résoudre les grands enjeux climatiques. 

Plusieurs pays sont plutôt dans l’attente des appuis des grands pollueurs qui sont en plus les plus riches de la planète. Ces pays détiennent aussi aujourd’hui les technologies et les recherches visant à répondre aux changements climatiques et à s’y adapter. 

Afrique centrale, forêts équatoriales

L’Afrique centrale, par exemple, garde encore ses massifs forestiers. Mais pas intacts. Puisque chaque année, dans le bassin du Congo, en RDC et au Cameroun, notamment, ce sont plusieurs hectares de forets qui sont déboisés.

Principalement pour des raisons agricoles, par des paysans et de grands agriculteurs. D’ici à 2100, indique une étude sur le bassin du Congo, l’ensemble des forêts tropicales humides devraient disparaître si le rythme était maintenu. Mais il y a aussi les trafiquants des bois d’oeuvres.

Les États ont certes lancé des projets visant à protéger les forêts et d’en faire bénéficier les communautés locales. Le cas du Fonds bleu, par exemple, défendu notamment par le Congo Brazzaville.

Mais son financement pose problème, et fait qu’il en reste encore au niveau de vision, et manque d’argent 3 ans après son lancement. Toutefois, le Gabon fait figure de bon élève. Il devient le premier pays qui va recevoir un paiement en raison des projets de protection des forêts qu’il développe. Un financement de la Norvège contre la déforestation et la dégradation. 

L’Afrique sous pression

La question qui se pose c’est justement ce que l’Afrique, qui subit les conséquences du réchauffement climatique, devrait faire. Les températures augmentent dans plusieurs pays. Les pluies s’ecourtent, dans le Sud de la RDC, par exemple. Et les terres se dégradent progressivement, à cause notamment des pratiques agricoles très peu suivies. 

Cela va avec des récoltes pas très bonnes, et l’augmentation de la faim en RDC. Même cela reste en partie exaspéré par les violences armées persistantes, ai moins 13 millions des Congolais sont en insécurité alimentaire, selon l’ONU.

Ne pas attendre les financements étrangers sans agir

Ne pas attendre des financements dans le cadre des fonds de protection de ses forêts, d’adaptation aux changements climatiques. L’Afrique à le devoir moral d’agir préventivement. Les opposants congolais Moïse Katumbi et Martin Fayulu l’ont dit en invitant à agir pour la postérité.

Les incendies spectaculaires des forêts amazoniennes en août, ont relancé, en effet, la question de la mobilisation pour le climat. Particulièrement les forêts connues pour réguler les températures. 

En même temps est réapparu le débat sur la souveraineté de ces patrimoines. Patrimoine mondial, ou plutôt bien particuliers des États, la question qui se pose porte pourtant sur la responsabilité collective.

Non pas que des États quelque puissants soient-ils, aient finalement obtenu le pouvoir, par charité planétaire, de disposer des propriétés privées d’autres États. Mais plutôt, sur un plan plus éthique, qu’aucun État n’a le droit d’agir comme bon lui semble. Tant il peut (ou le fait déjà) mettre en danger l’équilibre mondial ou de ses voisins.

Face au piège des caprices des pollueurs, avancer

On sait à quel point, ce propos est controversé. Surtout lorsqu’on touche à l’engagement volontaire des États à fixer leurs niveaux de réduction de pollution. Les grands pollueurs semblent paradoxalement, ou peut-être même logiquement, les moyens enclins à montrer l’exemple ou à prendre le leadership dans le sens de la baisse de pollution. Le cas des États-Unis de Donald Trump défini plutôt comme climatosceptique.

Pour l’Afrique, l’enjeu semble plutôt consister en des actions sur son devenir, si elle devrait augmenter son niveau d’émission de CO2 dans la perspective de son développement économique, de la croissance de sa population, et donc, de la destruction de son écosystème actuel. 

On sait, par exemple, à quel point il est déjà difficile de financer par les moyens africains seuls, le projet de la grande muraille verte autour du Sahel. Logiquement, le problème devrait se poser avec plus d’acuité encore si le désert devrait avancer davantage vers la zone équatoriale.

Attitudes de changement

Cela veut dire, pour l’Afrique, qu’il y a nécessité de prévenir dès maintenant certains dangers autour des changements climatiques rémédiables. Le cas, par exemple, des tensions autour de l’accès aux pâturages, aux sources d’eaux, aux terres arables qui risquent de se multiplier les années à venir.

Agir, c’est à commencer par des actions les moins coûteuses mains efficaces sur l’avenir si coordonnées. Planter les arbres, par exemple. Ou encore, réduire la pollution par les déchets ménagers; changer les attitudes des citoyens.

Didier Makal

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Lubumbashi, toilettes

On adore les fréquenter, pas soigner les toilettes à Lubumbashi

Les humains passeraient un quart de leur vie dans une toilette. Et faisant partie de l'hygiène des familles et

Lire plus...
Lifebuoy, Hyper Psaro

[Sponsorisé] Mains propres pour tous avec Lifebuoy

A l’occasion de la journée de lavage des mains, le 15 octobre 2019, la société Hyper Psaro, de Lubumbashi,

Lire plus...
Sommet Infrastructure

​Des prix Nobel de la paix pour les africains sans la paix en Afrique

D'aucuns pensent que les prix Nobel de la paix attribués aux africains portent un goût amer. Inconcevable pour eux

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders