La fraternité, ça se fête à Wallonie-Bruxelles

In International

Plusieurs Congolais et des Belges ont pris part aux fêtes de la fédération Wallonie-Bruxelles et de la région Wallonne à Lubumbashi.

Le climat était « fraternel », marqué particulièrement par la récente normalisation des relations diplomatiques entre Kinshasa et Bruxelles. Malgré les tensions politiques, la Wallonie-Bruxelles a continué de fonctionner en sa qualité de projet culturel.

La soirée du dimanche 29 septembre 2019, dans l’enceinte de l’école belge, était bien plus qu’une fête. Entre réjouissance et partage, la fête a en plus fait des révélations inattendues. 

Normalisation des relations entre Kinshasa et Bruxelles 

Kathryn Brahy, déléguée générale Wallonie-Bruxelles en RDC, a par exemple annoncé la réouverture prochaine du consulat belge à Lubumbashi.

« Je désire vous dire que tout bientôt, un consul de Belgique sera ici [à Lubumbashi, ndlr]. Les collègues de l’ambassade, explique Kathryn Brahy, m’ont dit qu’ils étaient prêts », a-t-elle indiqué.

Ceci arrive après des vives tensions diplomatiques entre Kinshasa et Bruxelles, consécutives à des divergences sur la démocratie et la bonne gouvernance sous le président Kabila.

Lire à propos : RDC et Belgique : en finir avec l’hypocrisie

Cette normalisation des relations, toutefois, semble avoir de quoi redonner espoir à ceux pour qui la Belgique était devenue trop éloignée depuis l’ère Kabila. Kathryn Brahy a surfé sur cette vague de la coopération relancée.

« Après la visite très réussie de du président de la république [Félix Tshisekedi, ndlr] en Belgique, j’aimerais vous dire qu’on est bien partis. Des belles et nouvelles perspectives s’ouvrent à nous au bénéfice des populations congolaises et belges », a assuré la déléguée générale Wallonie-Bruxelles en RDC.

Amitié et fraternité à Wallonie-Bruxelles 

Un discours sobre et teint de rires et des blagues dans un décor qui laissait flotter les saveurs d’une amitié visiblement retrouvée. 

La cheffe du bureau local de Wallonie-Bruxelles, Annie Kabeya, saluant la proximité qui se renoue entre les deux pays, n’a pas non plus manqué de souligner l’engagement de l’institution à redorer la culture belgo-congolaise, entre autres.

Une occasion qu’elle a saisie pour annoncer le combat pour l’inscription de la rumba congolaise au patrimoine immatériel de l’Unesco, en plus du rayonnement recherché et la visibilité des artistes de Lubumbashi dans le monde. D’où d’ailleurs l’organisation du festival Mwenda de la Rumba, actuellement en cours.

Des ministres et député provinciaux, des agents consulaires, des artistes, des journalistes et tous ceux qui collaborent avec les institutions belges localement ont joui de ces moments aux sonorités amicales.

Fidèle Bwirhonde

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Cardinal Ambongo, une voix syndicale

Le cardial Ambongo commence officiellement son nouveau minière le 17 novembre. A l'occasion, il dira une messe publique, au

Lire plus...
Allemagne, Investir

Investir en RDC : On gagne quoi avec Russes, Américains, Allemands…?

Russes,  Américains, Allemands, Français... La liste des possibles intéressés à investir en RDC s'allonge. Le président Félix Tshisekedi espère

Lire plus...
Taxes automobiles

Les conducteurs de taxis fuient les taxes automobiles à Lubumbashi

Payer les taxes ne mobilise pas beaucoup de personnes, notamment les automobilistes, à Lubumbashi. Surtout dans le transport en

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders