Festival Mwenda Rumba: une fin tout feu tout flamme !

In Congo profond
Festival Mwenda

Lancé en  juillet dernier, le festival Mwenda de la Rumba a atteint son terme dans la soirée du 5 octobre 2019. Cette activité culturelle, initiative du centre littéraire de traitement des textes et des manuscrits (Celtram) s’inscrivait dans la promotion des valeurs culturelles congolaises. L’idée était, pour  Wallonie-Bruxelles, de co-organisateur de ce festival. Il s’agit de renforcer en plus la campagne d’inscription de la Rumba congolaise au patrimoine de l’Unesco.

Le dernier jour du festival Mwenda, la cérémonie était essentiellement animée par des artistes musiciens invités. Les congolais Jean Goubald et Pépé Felly et, le camerounais Digy LeBantou. Le clou du spectacle aura été la remise des prix aux talents gagnants du concours qui a été au cœur de ce festival. Il s’agissait d’encourager les jeunes qui pérennisent la Rumba congolaise.

Lire : Festival Mwenda, et la Rumba congolaise « patrimoine culturelle »

Huit jeunes artistes venus de Likasi et Lubumbashi ont pris part à cette compétition jusqu’au bout. Elle était ouverte à tout l’ex Katanga. Ils ont été couronnés avec une particularité. C’est que les deux premières places ont été prises par les seules filles participantes.

Au parking du bâtiment Hypnose de Lubumbashi, il était 20h. La soirée de clôture commence devant un public conquis. Et avec raison, car la veille, une prestation des jeunes talents avait convaincu les mélomanes au musée national de la ville.

Festival Mwenda, fierté de Wallonie-Bruxelles

Dans les quelques mots qu’elle a prononcés, Annie Kabeya, cheffe de bureau Wallonie-Bruxelles Lubumbashi, était des plus satisfaits. C’était pour elle une belle occasion de « célébrer la Rumba » congolaise. En effet, cette musique est d’une inspiration sans limite à travers le monde. On ne peut pas la célébrer, non seulement comme musique mais comme le coeur de la culture d’une nation, d’un continent.

Au nom du jury, le professeur Huit Mulongo a salué les jeunes participant au concours de ce festival. Et d’annoncer une prochaine édition. « Une deuxième édition se prépare, a lancé le prof. Mais ce sera avec vous comme ambassadeurs après cette expérience. »

Ce festival a été baptisé du nom d’une icône de la musique du Katanga, l’artiste Mwenda Wa Bayeke. Et la raison est claire. « Si nous avons choisi ce nom, explique le prof Huit, c’est surtout pour pérenniser le nom de Mwenda, ce pionnier de notre musique. Qu’on le cite mais désormais avec ce festival » en toile de fond.

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Likasi, prison de Buluo

Likasi, Buluo : les autorités réagissent aux conditions exécrables des prisonniers

Les autorités du Haut-Katanga ont réagi, samedi 23 mai 2020 à l'alerte sur les conditions de vie exécrables des

Lire plus...
Jacques Kyabula

Jacques Kyabula, après avoir pleuré le jeune Smith à Lubumbashi

L'image reste pleine de sens et d'émotions. Jacques Kyabula Katwe, gouverneur du Haut-Katanga, regardant entre ses mains une photo

Lire plus...
Insécurité à Kolwezi

Insécurité à Kolwezi : A quand le changement des commandants de la police et de l’armée?

Les députés nationaux du Lualaba, dans le Sud-ouest de l'ex-Katanga, n'y vont pas d'une main mole pour dénoncer l'insécurité.

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders