74e année des Nations-Unies, et la paix en RDC !

In International
Monusco, ONU, Nations-Unies

Les Nations-Unies totalisent 74 ans le 24 octobre depuis leur fondation. Si dans les domaines de la santé, de la culture et de l’alimentation a réalisé davantage de succès, la question de paix reste controversée.

Lutter contre les guerres et éviter qu’elles surviennent. Les Nations-Unies ont permis à désamorcer des crises très violentes en Sierra-Léone et en RDC notamment, en Afrique.

Un lourd bilan humain, les Nations-Unies témoins 

Mais autour de ses missions de paix, l’ONU a suscité des critiques parfois sévères qui questionnent même sa stratégie.

Précisément, des Congolais ainsi que des associations déplore le peu de résultats et un lourd bilan. Des millions des morts en RDC, pour une paix qui tarde à s’installer effectivement, environ 2 décennies après.

Depuis 2001, en effet, la mission onusienne de paix au Congo, Monusco, a souvent hésité entre les offensives armées et sa tradition de non-violence. 

Lire : Kabila pointe des « résultats largement mitigés » de la Monusco

C’est d’ailleurs cela qui explique que c’est seulement récemment, en 2013-2014, que finalement elle s’est engagée dans une offensive majeure. C’était lors de la traque de la rébellion du M23, dans l’Est de la RDC.

« Pour l’ONU, analyse le professeur Emmanuel Kayembe de l’Université de Lubumbashi, les résultats ont été mitigés. Il y a eu des hauts faits, il y a eu aussi des places où il y a eu moins d’actions pour les Nations-Unies ».

Des responsabilités congolaises

Cet enseignant des Relations internationales considère toutefois que l’ONU ne devrait répondre de tout ce qui n’a pas réussi à propos de la pacification de la RDC.

« La Monusco est une force d’appui, explique-t-il. Mais la mission de stabilisation incombe au gouvernement congolais et aux forces de l’ordre de notre pays. » 

Et c’est aussi à propos de cette considération des responsabilités que montent d’autres critiques contre la mission onusienne au Congo, et même d’ailleurs de son organisation mère.

Puisque, interroge un jeune de Goma, « comment se retirer derrière la non-violence ou la souveraineté d’un pays dont l’armée est en baisse, et quand les civils sont massacrés à côté des soldats de l’ONU ? »

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Goma: Un nouveau vaccin contre Ebola administré

Le 14 novembre, la riposte lance un nouveau vaccin contre Ebola. Annoncé depuis plusieurs mois, il vient soutenir la

Lire plus...

Politiciens à surveiller : Kabund, Kabuya, Mwilanya, Shadary

Dans les tensions actuelles en RDC, 4 politiciens brillent par des déclarations possiblement inflammables. Ils ne semblent pourtant pas

Lire plus...

Casser et brûler, étonnante citoyenneté congolaise

A Lubumbashi, à Kinshasa ou encore à Goma, beaucoup de Congolais ont une étonnante facilité à casser et brûler.

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders