Le FCC saura-t-il ralentir Félix Tshisekedi?

In Actualités
Félix Tshisekedi

Depuis un certain temps, la coalition FCC – CACH n’est pas au bon fixe. Un tourbillon bondit déjà sur le fleuve Congo, et la barque qui les transporte se remplit d’eau. Le risque de périr pour le deal entre les deux devient grand à chaque minute qui passe.

Ceci rappelle l’histoire biblique racontée au 8ème chapitre de l’évangile de Luc à partir du 22ème verset. Voilà qui justifie la convocation d’une grande messe par le prêtre du FCC, Néhémie Mwilanya, en début du mois de novembre.

Les signaux émis par leur partenaire du CACH (Cap pour le changement) de Félix Tshisekedi ne rassurent pas du tout le Front commun pour le Congo, FCC.

Pas plus qu’il y une semaine, Mwilanya a séjourné à Lubumbashi pour une grande réunion du PPRD. Réunion au bout de laquelle le secrétaire exécutif de ce parti, Emmanuel Shadary, a annoncé le retour sur la scène politique de Joseph Kabila comme président du parti.

C’était une réunion d’évaluation de la locomotive FCC avant d’y associer les wagons. Le décor étant planté, la sacristie apprêtée, l’évangile raffinement choisi, place désormais à la retraite à Kinshasa où la messe sera dite.

Un programme intelligemment choisi

Comme dans certaines congrégations religieuses, on peut trouver un pasteur d’une paroisse qui est en même temps le Représentant Légal de toute la communauté, il n’est pas étonnant que le Raïs du Chama PPRD fasse officiellement sa sortie politique lors des assises de la capitale politique de la RDC, non entant Président de PPRD.

Mais plus tôt comme l’autorité suprême du FCC. Chose qui pourrait mettre en mal les autres présidents des groupements politiques qui se voient au même rang que Joseph Kabila entant que président du PPRD, selon la logique humaine.

Mais lorsqu’on sait que tous les partis politiques du FCC ont été engendrés par le PPRD pour des fins électorales, au regard de la loi électorale dans laquelle le législateur avait inséré le système de « SEUIL », c’est sans contredit que la messe sera dite sous l’autorité de l’ex président de la RDC, Joseph Kabila.

Les sujets de la retraite du FCC à Kinshasa

Probablement, l’analyse à l’interne du deal FCC – CACH pourrait aboutir à une recommandation d’exiger du chef de fil de CACH, le Président Félix, de se retrouver autour d’une même table. Objectif : évaluer leurs accords.

Ensuite, des nouvelles orientations ne pourront pas manquer pour ralentir la vitesse de leur partenaire politique, Félix Tshisekedi. Cela, tant à l’intérieur, où ses actions commencent à gêner ses alliés et à augmenter surtout sa popularité.

Aussi, sur le plan extérieur. Là encore, la confiance que le nouveau président conquiert dans moins d’une année auprès des grandes puissances mondiales comme auprès des multinationaux gêne aussi.

Les prochaines élections de 2023 seront mises en évidence. Et tout semble se jouer ici.

Réussira-t-on à conjurer le sort Félix Tshisekedi?

Le moins que l’on puisse dire c’est que Joseph Kabila est un homme intelligent, discret, convaincu et convainquant. Durant ses 18 ans de règne, il a réussi à rapprocher plus d’un opposant auprès de lui, même les plus turbulents se sont vu maitrisés par cet homme.

Toutefois, il faut noter, et le FCC le sait très bien, que le partenaire en face de lui est un adversaire politique de taille. Sa pondération politique n’est pas à mesurer. D’abord parce que Félix Tshisekedi est fils de l’ex opposant historique, le feu Etienne Tshisekedi.

Ensuite, parce qu’il assure l’autorité morale du grand parti de l’opposition, l’UDPS, jusqu’à hier avant son arrivée au pouvoir. Enfin, après plus de 3 décennies de lutte pour la magistrature suprême, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Sociale ne se laissera pas faire si facilement.

Déjà dans les QGs de l’UDPS et de ses alliés, on en parle nuit et jour. Un homme calme, pacifique, cohérent, sincère, optimiste, patriote convaincu et convainquant, ouvert, fervent croyant chrétien, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo dont la docilité n’est pas à confondre avec la faiblesse, est un homme fort.

Connecté depuis neuf mois à des grands hommes d’Etat du monde grâce à la position stratégique mondiale qu’occupe la RDC, le zoom back à la table de départ ne sera pas facile.

Félix Tshisekedi est conscient qu’après l’événement macabre de l’Antonove 72 qui a coûté la vie à quelques hommes de sa ceinture rapprochée, la direction du pays devrait être pensée autrement.

Vu que les blessures causées par ce drame ne se sont pas encore cicatrisées, même un extra terrestre ne pourra jamais de si tôt se rendre au rendez-vous d’évaluation de deal FCC – CACH.

Même le FCC, si jamais les échanges de Kinshasa pourraient aussi porter sur le drame d’Antonove, la prétendue table ne pourrait être dressée que l’année prochaine. Malheureusement la machine est déjà en marche, et donc le bras de fer est inévitable. Il n’attendra peut-être pas.

La persévérance du guetteur…

Aujourd’hui la RDC ressemble à un village qui n’a qu’une seule femme au milieu des plusieurs hommes. Les regards des uns et des autres sont tournés vers elle.

En effet, le cœur humaniste du Président Félix Tshisekedi a permis à l’opposant Moïse Katumbi et de son conseiller Salomon Kalonda de retrouver la terre de leurs ancêtres. Et à d’autres encore de retrouver leurs libertés.

Lire : A Lubumbashi, l’UDPS s’en prend à son allié FCC

Cette volonté politique manifeste du Chef de l’Etat de poser des actes de décrispation du climat politique en faveur des détenus et exilés politiques est un signal fort en politique.

Alors que les nuages se renforcent au fur et à mesure entre le FCC et le CACH, le dernier gouverneur de l’ex riche province du Katanga a décidé de faire le Safari RDCongolais en drainant des milliers des congolais.

Et le choix de commencer par l’Est du pays n’est pas un fait du hasard. Le Chairman Moïse Katumbi se montre calculateur, un homme intelligent, un habitué des grands défis. Lorsqu’il s’engage dans une affaire, c’est pour atteindre le but malgré les vents et marais. Et tous les politiciens au pouvoir les savent très bien.

L’homme ne parle plus des vérités des urnes car, grâce à sa vision lointaine acquise dans le domaine du football entant que président de la plus prestigieuse équipe de la RDC et d’Afrique, TP Mazembe, il se focalise désormais sur ses ambitions politiques. Celles de devenir Président de ce grand pays au cœur du continent africain.

Avec l’appui d’un staff cohérent autour de lui qui constitue son cabinet et du vieil ami de feu Etienne Tshisekedi Wa Mulumba, Antoine Gabriël Kyungu wa Kumwanza, Moïse Katumbi est bien armé pour les prochaines élections.

Surtout qu’entre lui et Jean Pierre Bemba la communication n’est pas brouillée. Future probable porte parole de l’opposition, Moïse Katumbi attend voir l’issue des tractations FCC – CACH.

Gilbert Kyungu

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Kalemie, Tanganyika

Les conflits, une importante cause de pauvreté

D’ici à 2030, 46% des personnes les plus pauvres du monde vivront dans des régions en proie aux conflits.

Lire plus...
Fardc, bastion des ADF

Un important bastion des ADF tombe dans le Nord-Kivu

L'armée annonce avoir pris le contrôle d'un important bastion des ADF, rebelles ougandais, dans le Nord-Kivu. La localité de

Lire plus...
Passeport, Diaspora congolaise, Partis politiques

Motion de défiance contre des gouverneurs: une nouvelle ère?

Les nouvelles assemblées provinciales, ainsi que d'ailleurs les gouvernements provinciaux qui en relèvent, n'ont à peine que 7 mois

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders