PPRD vs UDPS: l’heure des appels au calme

In Politique
UDPS Lubumbashi

Au PPRD et à l’UDPS, on appelle au calme, au lendemain des tensions qui ont suivi l’épisode de destruction d’effigies. Mais les deux parties maintiennent un discours ferme, et s’accusent de provocation.

Samedi, des jeunes du PPRD, le parti de l’ancien président Joseph Kabila dont une effigie a été détruite à Kolwezi, ont réagi sans attendre. Ils ont brûlé l’effigie du président Félix Tshisekedi, suscitant ainsi l’ire de l’ UDPS.

Mais depuis le samedi, le discours a vite évolué. Au cours d’une réunion avec la mairie de la ville, les représentants du parti de l’ancien président de la République ont nié toute responsabilité.

Lire: PPRD vs UDPS à Kolwezi : « Il ne faut pas jouer avec le feu » (Richard Muyej)

D’après le site Dépêche.cd, on croit au PPRD que ce sont des infiltrés, arborant les insignes du parti, qui ont dévasté l’effigie du président Tshisekedi. A l’UDPS, par ailleurs, on dénonce un coup monté, sans nommer les commanditaires.

C’est ce qu’a dit à Congo Durable lundi 11 novembre, Danny Kabongo Binene, le président de la jeunesse de l’UDPS à Lubumbashi. « Un coup pour saboter le président de la République », Félix Tshisekedi. Il explique que l’incident a eu lieu bien avant que les jeunes de son parti ne marchent, en soutien à la gratuité de l’enseignement. « Pendant notre marche, il n’y avait rien de notre côté et de celui du PPRD ».

Une crise qui secoue la coalition FCC-CACH

Mais pour Alexis Bota, un communicateur de la coalition parlementaire FCC, l’UDPS devrait bien encadrer ses militants. Il les accuse d’avoir commencé, de l’avoir fait encore ainsi en juin lors des premières confrontations.

Quant à l’avenir de la coalition gouvernementale FCC-CACH, les deux acteurs politiques interrogés n’excluent pas le risque de rupture. « Je ne dirai pas que c’est un mariage religieux où on est marié pour les meilleurs et pour les pires, explique Alexis Bota. Ici, c’est un mariage d’intérêt, pour sauver la nation. Si aujourd’hui nous sommes mariés, demain, nous pouvons ne pas l’être », prévient-il.

Pareil, pour Danny Kabongo. Si l’autre camp continue à « saboter le chef de l’Etat », prévient-il, « nous sommes capables de mettre fin à la coalition. »

Les deux acteurs finissent, néanmoins, par demander aux camps en face d’eux, chacun, de « mettre un peu d’eau dans son vin ». Avant d’appeler leurs militants au calme.


Lire aussi: « Coup sur coup »: Tu déchires Kabila, je brûle Tshisekedi!

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

AK47, Police

Retirer les AK47 aux policiers et les armer de pistolets (Seth Kikuni)

Faut-il retirer les armes de combat aux policiers? Le débat est lancé, et signé: Seth Kikuni, candidat malheureux à

Lire plus...
Dolly Makambo

10 ans de prison contre Dolly Makambo : les réactions se multiplient

Les réactions se multiplient, après la condamnation du ministre de l’intérieur Dolly Makambo. Jeudi, la haute cour militaire a

Lire plus...

Bois rouge : une possible de reprise d’exploitation à l’étude dans le Haut-Katanga

Une commission étudie les possibilités de reprise d'exploitation et de commercialisation du bois rouge dans le Haut-Katanga. C'est ce

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders