Trois écoles dans une classe unique, ça se passe à Lubumbashi

In Congo profond
Trois écoles dans une classe

Trois écoles dans une classe unique, un même établissement scolaire, aux mêmes heures. Plus encore, on y trouve trois enseignants pour une seule classe. Depuis la rentrée 2019-2020, l’école primaire Rala, de la commune de Kenya, abrite deux autres écoles. 

La situation est à peine croyable. Elle résulte des violences politiques qui avaient lieu en décembre 2018 à Lubumbashi. Les militants du pouvoir et de l’opposition s’y étaient alors affrontés. Jusqu’à détruire les bâtiments.

La descente aux enfers des Ushuja 1 et 2

Faustin, directeur de ce qui reste de l’école primaire Ushuja 1, se souvient du début de la descente aux enfers de son établissement scolaire. Il n’en revient pas qu’un tel silence ait suivi et pour longtemps. « C’était le 11 décembre 2018 quand notre école était vandalisée, explique-t-il. A la suite, nous avons tout perdu : les matériels didactiques, les manuels, le mobilier de l’école, la toiture, etc. »

Lire : Ecoles publiques : et si Kinshasa laissait gouverner les provinces?

En son temps, reconnaît le directeur d’école, le gouvernement provincial du Haut-Katanga sous l’ex-gouverneur Pande Kapopo, avait apporté de l’aide. Mais pas assez suffisante pour résoudre la crise. « Il nous avait doté de quoi refaire notre toiture, mais tout le reste est à refaire, dit l’enseignant. Nous n’avons ni plafond ni pavement dans nos locaux et donc impossible de les exploiter dans cet état. »

Le choix du moindre mal

A la rentrée des classes, le choix était clair : sacrifier ou sauver l’année scolaire. C’est le choix de la raison que les responsables des Ushuja disent avoir fait, sauver l’année. A en croire leurs propos, c’est provisoirement qu’ils fonctionnent dans l’école Rala. Pourtant, aucun plan de sortie de cette infortune ne se présente. Même si, très clairement, on se rend compte que les conditions dégradent.

« Nous avons jusqu’à trois enseignants dans une même classe, en première, deuxième et même troisième années. Mais nous avons accepté cela, se console Faustin, comme solution urgente et palliative à la menace d’une année blanche. »

Il croit alors avoir sauvé ses élèves et enseignants qu’il ne pouvait livrer au chômage pour les uns. Ni d’ailleurs au risque d’une année scolaire creuse pour les autres ! Mais il ne mâche pas les mots. « Nous ne travaillons pas dans les normes universelles. C’est du « non enseignement » », regrette Faustin.

Trois écoles dans une classe : appels désespérés

Les cris de détresse des établissements Ushuja 1 et 2 ne semblent cependant guère susciter des secours. C’est l’hypothèse que déplorent ces écoles. « Nous sollicitons l’intervention de nos autorités. Ces écoles ne sont pas loin d’elles, plaide le chef d’établissement scolaire. Qu’elles pensent surtout à ces enfants qui ne connaissent pas les conditions humaines de l’enseignement. »

Sur place, la majorité de ces enfants proviennent des quartiers très pauvres et ne peuvent s’offrir de meilleures conditions. En plus, le lancement de la gratuité de l’enseignement en RDC n’a qu’aggraver la situation pour ceux qui ne peuvent profiter des salaires réaménagés.

Aux dernières nouvelles, le gouverneur du Haut-Katanga Jacques Kyabula, a déjà visité une fois l’école Rala qui  abrite à la fois Ushuja 1 et 2. Il aurait promis d’intervenir mais se fait toujours attendre.

Fidèle Bwirhonde

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Goma: Un nouveau vaccin contre Ebola administré

Le 14 novembre, la riposte lance un nouveau vaccin contre Ebola. Annoncé depuis plusieurs mois, il vient soutenir la

Lire plus...

Politiciens à surveiller : Kabund, Kabuya, Mwilanya, Shadary

Dans les tensions actuelles en RDC, 4 politiciens brillent par des déclarations possiblement inflammables. Ils ne semblent pourtant pas

Lire plus...

Casser et brûler, étonnante citoyenneté congolaise

A Lubumbashi, à Kinshasa ou encore à Goma, beaucoup de Congolais ont une étonnante facilité à casser et brûler.

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders
>