Des prisons-mouroirs dans les provinces de l’ex-Katanga

In Congo profond
Prisons

Dans les prisons congolaises de l’ex-Katanga, les nouvelles ne sont pas bonnes. L’homme et ses droits y sont sacrifiés sur l’hôtel de l’insouciance des dirigeants préoccupés par d’autres urgences sûrement. A la suite d’une série d’enquêtes menées par une organisation de défense des droits de l’homme, il se révèle que la vie n’est pas dans les prisons de cette partie de la RDC.

Dans la prison centrale de Kassapa à Lubumbashi, par exemple, est internée la population carcérale la plus importante de la province.

Surpopulation et famine dans nos prisons

Au total, 2.232 personnes y sont détenues dans des conditions exécrables et dans la famine depuis une bonne période. Les réserves alimentaires y sont à sec depuis 3 jours, au 23 décembre 2019.

Jeef Mbiya, membre du réseau pour la réforme du secteur de sécurité et justice  et Membre de Groupe Ukingo wa Watetezi, a participé à ces enquêtes. Il affirme que cette situation est aussi vécue plus au Nord  de la province.

« À 400 km de Lubumbashi, les prisons de Mitwaba et Pweto sont aussi en peine, dit-il. La surpopulation et l’insuffisance alimentaire y sont tout autant décriées ».

À 30 Km de Lubumbashi dans le territoire de Kipushi, les prisonniers ne se portent pas mieux qu’ailleurs. Pas d’eau ni de dispensaire pour les pensionnaires malades, tel qu’à Pweto. Seule la promiscuité y est entretenue sans effort. Conséquence, les prisonniers n’ont que le réflexe de l’évasion et ils y parviennent aisément.

Des promesses jamais tenues

Pourtant, la RDC s’est engagée dans la réforme de son système pénitentiaire et devrait offrir des conditions carcérales plus humainement acceptables.

Lire |Ces évasions qui font douter en RDC

Il s’agissait, en effet, Dien réforme liée à l’abolition de la peine de mort afin d’assurer l’exécution de la peine en perpétuité en remplacement de la première.

« Malheureusement, constate Jeff Mbiya, la réforme traine à se mettre en place notamment par manque de politique clairement définie ».

Faut-il le rappeler, les prisons sont aussi conçues pour la rééducation qui conduit à la resocialisation des prisonniers. Chose difficile tant les prisons congolaises vues du Haut-Katanga, « sont devenues de mouroirs », conclut l’organisation enquêtrice. On sait comment on y entre, jamais comment on en sortira.

Fidèle Bwirhonde

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Glencore, Cobalt

A Lonshi, la Zambie tente d’empiéter sur le territoire de la RDC

A Lonshi, dans le territoire de Sakania, la ppmice zambienne entre sur le territoire congolais lors de leurs opérations

Lire plus...

Haut-Katanga : les Commissaires spéciaux reprennent du service

Dans la province du Haut-Katanga, les Commissaires spéciaux reprennent du service. Mardi, au cours d’un conseil provincial des ministres,

Lire plus...
Élongation de petites lèvres

Ex-Katanga : Élongation de petites lèvres ou éloge du plaisir masculin?

Les mutilations sexuelles constituent, certes, un phénomène rare en République démocratique du Congo. Si les médias ainsi que les

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders