Beni : les vérités du Cardinal Ambongo

In Actualités
Cardinal Ambongo

Sa visite dans le territoire de Beni, meutri par des violences successives depuis plus de deux décennies, finit comme elle a commencé. Le cardinal Ambongo a eu des propos plus directs sur les massacres qui se poursuivent depuis deux ans.

Pour le cardinal Fridolin Ambongo, les responsables des massacres à Beni sont avant tout à chercher au Congo.

Mafia congolaise

Ce sont des chefs des forces de sécurité et membres du gouvernement, qu’il désigne (sans les nommer) par le « pouvoir », semblent d’après ses propos, prêts à ne pas abandonner.

« Ce sont des grands mafieux qui font des affaires au Congo avec la complicité du pouvoir », a déclaré Ambongo.

Lire |Cardinal Ambongo, une voix syndicale

Il parlait, au cours d’une conférence de presse, du climat des affaires en RDC. Et sur ce chapitre, il n’a pas tardé à établir un lien les violences de l’Est du Congo, avec les investisseurs qui connaissent bien le « désordre » qui règne au Congo et tente, pour plusieurs d’entre eux, d’en profiter.

Fridolin Ambongo révolté par la misère qu’il a vue à Beni

Il revient, en effet, d’une tournée dans le Nord-Kivu où il a appelé la population à tenir bon. Il a dénoncé une stratégie visant à faire fuir les populations de leurs villages pour les peupler des étrangers.

A la suite de certaines organisations de la société civile, Fridolin Ambongo considère que les villages de l’Est de la RDC qui se vident suite aux massacres sont occupés par des populations Rwandophones et Ugandophones.

Dès lors, le risque de partition du Congo est réel. Voilà pourquoi il encourage des actions diplomatiques, mais aussi plus de sécurité sur le terrain, aux frontières.

De la diplomatie et des actions aux frontières

Le prélat catholique considère, en effet, que les dirigeants congolais devraient convaincre les voisins de l’Est de ne pas déverser leurs populations au Congo.

« Comment distinguer les populations qui sont au Congo depuis longtemps et d’autres personnes qu’on est en train de déverser au Congo d’aujourd’hui? Pour cela, il faut un État organisé. Il faut un contrôle de nos frontières », a-t-il soutenu.

Lire aussi | F. Ambongo déplore « des querelles politiciennes complétement inutiles »

Au final, le cardinal, qui est aussi archevêque de Kinshasa, pense qu’il reste beaucoup à faire pour le retour de la stabilité et de la paix en RDC. Son approche intègre alors la diplomatie, sans exclure le recours à la force et au soutien de l’ONU.

Même celle-ci se trouve sous pressions accrues, depuis le dernier trimestre de 2019, des populations qui l’accusent de ne pas les protéger.

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Glencore, Cobalt

A Lonshi, la Zambie tente d’empiéter sur le territoire de la RDC

A Lonshi, dans le territoire de Sakania, la ppmice zambienne entre sur le territoire congolais lors de leurs opérations

Lire plus...

Haut-Katanga : les Commissaires spéciaux reprennent du service

Dans la province du Haut-Katanga, les Commissaires spéciaux reprennent du service. Mardi, au cours d’un conseil provincial des ministres,

Lire plus...
Élongation de petites lèvres

Ex-Katanga : Élongation de petites lèvres ou éloge du plaisir masculin?

Les mutilations sexuelles constituent, certes, un phénomène rare en République démocratique du Congo. Si les médias ainsi que les

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders