Crime environnemental: un colonel de l’armée condamné à Goma

In Environnement
Ego-garde, Virunga, Crime environnemental

Un officier supérieur de l’armée de la RDC (FARDC), le colonel Liwenge, a écopé d’une peine de 16 mois de prison et d’une amende de 500 USD. La cour militaire l’a condamné et écroué pour crime environnemental.

C’est une condamnation pour crime environnemental au profit de l’ICCN, l’Institut congolais de conservation de la nature, constitué partie civile. Pour cause: l’officier a laissé ses militaires abattre un hippopotame dans les eaux du Lac Edouard (Parc National de Virunga).

Le verdict réjouit les milieux de protection de l’environnement congolais. Déjà l’ICCN ainsi que ses avocats « verts » savourent une décision appelée à faire date. Ils militent, depuis des années en effet, en faveur de traque des crimes environnementaux qui profitent de l’insécurité dans l’Est de la RDC.

Crime environnemental: le besoin d’exemple?

D’après le site congolais Flambeau Est RDC, le colonel Liwenge pure déjà sa peine à la prison centrale de Goma, dans le Nord-Kivu. « Le fait que les juridictions militaires ont instruit les dossiers contre leurs homologues militaires, jusqu’à les condamner, est un signal fort de leur implication dans la lutte contre les crimes environnementaux« , commente le site Flambeau Est RDC.

Et c’est là visiblement tout l’enjeu pour les défenseurs de l’environnement, particulièrement l’ICCN et l’ONG ACEDH  dont les « Avocats verts » ont défendu le service public de protection en charge des aires protégées. Ces espaces, dans le contexte de l’insécurité persistante dans l’Est du pays en effet, font l’objet de plusieurs attaques.

Des militaires, des éco-gardes sous l’infraction de crime environnemental

Les attaques qui ont impliqué les hommes des troupes sous le commandement du colonel Liwenge ont permettent dorénavant de donner corps à l’infraction de « crime environnemental ». Par ailleurs, un autre militaire a écopé lui aussi d’une peine de 24 mois de prison pour avoir lui aussi abattu un espèce faunique dans le parc.

Lire | Les éco-gardes et défenseurs de l’environnement en danger

Le défi reste encore important, toutefois, dans matière d’exemplarité de telles condamnations. Puisque, et d’autres verdicts rendus par la cour militaire de Goma le prouvent: des hommes armés souvent mal payés, espèrent survivre en se déchargeant sur les espèces protégées.

Lire aussi | Rodrigue Mugaruka, une chance pour le parc de Virunga

Même des éco-gardes, en effet, versent parfois eux aussi dans le braconnage. Deux, parmi les personnes condamnées pour crimes environnementaux entre le 29 janvier et le 7 février 2020, figurent 2 gardes de Virunga. Ils étaient poursuivi pour avoir abattu deux antilopes.

« Les délinquants environnementaux sont de plusieurs catégories : « des militaires, des civils, voire mêmes les Eco-gardes… », explique l’avocat Eric Kambale, défenseur de l’ICCN au procès.

Didier Makal

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Eglise catholique RDC, Lubumbashi, Laurent Monsengwo

Abbé Nshole : le bien-être du peuple préoccupe les pasteurs de l’Eglise (Partie 1)

L’église catholique est-elle vraiment apolitique ? Plusieurs Congolais n’y croient pas. Car de Mobutu à Tshisekedi, l’Eglise a les

Lire plus...
Assainissement de Lubumbashi

Mireille Kilufia : « L’ assainissement de Lubumbashi c’est notre affaire à tous »

La commissaire à l'environnement dans le  Haut-Katanga, Mireille Kilufia, veut un environnement plus sain. « L' assainissement de Lubumbashi

Lire plus...
Chiens de race

Les « chiens de race » attirent davantage d’acheteurs à Lubumbashi

A Lubumbashi, les chiens "de race", parfois issus des croisements entre deux ou plusieurs espèces, ont de plus en

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders