Discours ethniques à Lubumbashi : Jacques Kyabula appelle au calme

In Actualités
Discours ethniques à Lubumbashi

Le gouverneur du Haut-Katanga, Jacques Kyabula, a appelé jeudi 5 mars, la population de Lubumbashi au calme. Dans son propos, il a insisté sur sa mission d’assurer la sécurité de tous les habitants de sa province. La veille, des discours ethniques se sont propagés dans la ville faisant craindre des violences.

Sur son compte Twitter, le gouverneur Jacques Kyabula a lancé son appel à la retenue, après une soirée (la veille), marquée par plusieurs discours ethniques.

Appel au calme et à la retenue du gouverneur Jacques Kyabula

Le gouverneur s’est présenté dans son rôle de responsable de « tous les habitants ».

« J’appelle tout le monde à la #Retenue. Je condamne la récupération politique et la tribalisation de cette problématique de l’insécurité. Ma mission reçue du Président de la République @fatshi13 [Félix Tshisekedi, Ndlr] est d’assurer la Sécurité et la Paix au profit de ts les habitants du HK », a déclaré monsieur Kyabula.

Le mercredi soir, plusieurs jeunes et associations se présentant comme des originaires du Haut-Katanga, ont diffusé des vidéos des mise en garde.

Lire | Insécurité à Lubumbashi : des jeunes s’en prennent aux « Kasaïens »

Ils s’en sont pris sans détour à « la communauté hasaïenne », c’est-à-dire les originaires du Kasaï au centre de la RDC. Ils les tiennent pour responsables de la recrudescence de l’insécurité dans la province et à Lubumbashi.

Insécurité persistante à Lubumbashi 

De ce fait, ces jeunes disent ne pas comprendre que le mercredi, d’autres jeunes aient manifesté et demandé la démission du gouverneur. Pour les manifestants, les autorités ne font pas assez pour sécuriser la population. 

Deux jours avant, en effet, Lubumbashi s’était réveillé avec de nouvelles tensions dans la périphérie, à Kalebuka. 

Une personne était tuée dans la nuit précédente par des bandits que les habitants soupçonnent d’être des membres des services de sécurité. Ainsi, le matin, les habitants en colère avaient refusé que la police amène la victime à la morgue. Dans les affrontements qui ont suivi, au moins 3 personnes ont péri, selon les témoins.

Alors que le gouverneur Kyabula a appelé au calme, beaucoup des responsables des associations et des politiques ont dénoncé la haine ethnique.

Mises en garde contre les discours éthiques 

C’est le cas de l’opposant Gabriel Kyungu wa Kumwanza, député élu de Lubumbashi. Le jeudi, il a rencontré le gouverneur dans son cabinet de travail. Il invite la population à éviter les divisions, des troubles et des mots blessants.

Quant à Jean-Claude Muyambo, opposant politique lui aussi, il met en garde l’ancien parti présidentiel (PPRD) contre toute incitation à la haine tribale ou au vandalisme. Pour l’écrivain Yantumbi, le gouverneur devrait en plus d’appeler au calme, condamner les discours de haine tribale de ses « chantres ». 

Par ailleurs, les jeunes qui ont manifesté mercredi et appelé à la démission du gouverneur Kyabula, ont été identifiés eux aussi comme manipulés par l’actuel parti présidentiel : l’UDPS. 

Lire à propos | PPRD vs UDPS à Kolwezi : « Il ne faut pas jouer avec le feu » (Richard Muyej)

Les 2 partis politiques, au coeur de la coalition gouvernementale courante au Congo, vivent à couteaux tirés depuis pratiquement l’installation du nouveau président de la République, Félix Tshisekedi. Il y a plus d’une année.

Didier Makal

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Chefs coutumiers, Conflits coutumiers

RDC : Les chefs coutumiers administrent plus de 65% des Congolais

Les chefs coutumiers ou chefs traditionnels administrent plus de 65% de la population congolaise. Mais leur influence dépasse ce

Lire plus...
Dynamique nationale de femmes

La dynamique nationale de femmes candidates arrive au Haut-Katanga

La dynamique nationale de femmes candidates, DYNAFEC, est afin arrivée dans le Haut-Katanga par la ville de Lubumbashi. L’installation

Lire plus...
Cardinal Ambongo, Cenco, Eglise catholique

Abbé Nshole : « Le bien-être du peuple préoccupe les pasteurs de l’Eglise » (Partie 2)

La lutte de l’Eglise catholique congolaise « pour le bien-être du peuple » n’a que trop duré qu’on doute parfois de

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders