Lubumbashi : un policier abandonné dans un hôpital

In Congo profond
Police, RDC

Sylvain Kalubi est ce policier abandonné. Élément de la brigade des mines, il se bat entre la vie et la mort aux cliniques universitaires de Lubumbashi.

Malgré des années de sa vie sacrifiées au service de la République, ce policier abandonné ne reçoit aucune assistance. Difficile à avouer, mais son état témoigne de l’incapacité de l’état congolais à garantir un avenir à ses troupes. C’est l’histoire d’un accidenté professionnel rejeté par son employeur.

Du haut de ses 51 ans d’âge, Kalubi est père de famille aujourd’hui handicapé de ses deux jambes avec l’abdomen touché. En 2019, ce policier a plusieurs fois été attaché à l’entreprise minière CHEMAF (Chemincal of Africa).

Lire | Haut-Katanga: Karawa De Ngamo remplace Kyungu Banza à la Police nationale

C’est dans ce détachement que, le 8 novembre 2019, Kalubi est cogné par un véhicule dans l’enceinte de cette même entreprise privée.

Policier abandonné, après des services à la nation

Acheminé d’abord à la polyclinique Shalina, de la même entreprise, le policier n’y trouvera pas la guérison. Il sera alors transféré aux cliniques universitaires de Lubumbashi.

Et c’est ici que sera définitivement abandonné ce brigadier en chef. Aujourd’hui, ses soignants s’exercent au miracle mais ne peuvent non plus le guérir.

Quoique  difficile de l’admettre, la vérité demeure que Sylvain Kalubi n’attend que sa mort qui aussi n’arrive pas. Dans sa misère, il est convaincu que sa vie tient du miracle et de son expérience dans la souffrance. Son témoignage fait en larmes, est glaçant.

Ce jour-là, « une Land Cruiser voulait dépasser trois camions transportant des minerais lorsqu’il a fini sa course sur la moto qui me transportait. Aujourd’hui, 4 mois après, j’en suis à cet état. J’ai survécu à 44 jours de coma, abandonné par mes supérieurs qui m’avaient affecté », explique l’infortuné en larmoyant.

L’extinction programmée d’une famille

Depuis cet accident, le brigadier chef ne peut plus prendre soin de ses cinq enfants. Sa femme, vendeuse à la sauvette, est désormais la garde-malade. Ses activités sont donc paralysées. Leurs enfants, quant à eux, ne peuvent plus fréquenter l’école ni aspirer à un avenir sûr.

Contacté par Congo Durable, l’entreprise CHEMAF décline toute responsabilité quant à ce qui est arrivé au policier. L’entreprise dit payer normalement ce qu’elle doit à la police des mines selon les éléments en détachement dans sa concession. Elle devrait plus donc revenir prendre la charge de Kalubi.

Depuis son lit d’hôpital, ce brigadier en chef resté sans défense, appelle au secours. Malheureusement, a-t-on appris, ceux qui tentent de l’aider sont victimes de menaces de mort.

Eric Cibamba

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Lubumbashi : un café-genre pour renforcer la femme

Pour la 2ème année consécutive, l'union Congolaise des femmes des médias (Ucofem) a organisé son café genre. Une activité

Lire plus...
RDC, Justice, Grève de magistrats, Félix Tshisekedi

Covid-19 en RDC : le comble de la légerté!

La RDC qui n'en a pas encore fini avec son épuisante et longue 10e épidémie d'Ebola, embrasse une nouvelle

Lire plus...
La femme

Lubumbashi : les jeunes pour les droits des femmes

Monter des stratégies d'accompagnement de la femme dans sa lutte pour ses droits. La ville de Lubumbashi voudrait en

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders