RDC : la justice en quête de justice

In Opinions
Justice, Devin

Beaucoup ont sans doute salué la renaissance ou, plutôt, l’éveil (réveil) de la justice congolaise. Un gros poisson, Vital Kamerhe, a été arrêté par un magistrat décidé de voir clair dans une affaire de détournement de fonds publics.

Il n’était jamais arrivé à un directeur de cabinet du président d’être poursuivi en justice en RDC. Mais, alors que la justice congolaise retient Vital Kamerhe, d’autres cas contrastent avec l’image de réveil judiciaire.

Exemple de renaissance de la justice?

En effet, le directeur de l’Ogefrem, l’office des frets multimodal de la RDC, n’a pas répondu aux invitations du procureur. Le même qui a interpellé d’autres responsables d’entreprises publiques ou privées, n’a pas réussi à faire déplacer ce fonctionnaire public.

Lire |Vital Kamerhe reste en détention : la surprise du Congolais lambda

Le parquet le soupçonne de détournement des fonds publics. Plusieurs médias lient son accusation à l’affaire du programme de 100 jours. Programme du président Félix Tshisekedi lancé au début de son quinquennat en 2019. Mais le concerné a fait savoir qu’il n’a rien à voir avec ce dossier.

Pour la plupart, les projets de ce programme (100 jours) n’ont pas abouti ou, parfois, n’ont jamais démarré.

Alors que la justice s’est saisie de ces dossiers, beaucoup de Congolais saluent l’éveil de la justice. Et c’est l’avis de l’avocat et défenseur des droits humains Hubert Tshiswaka. Selon lui, la justice voudrait s’affranchir des pressions de l’exécutif. Et cela se prouve avec les dossiers en cours.

Quand la justice ne sait pas avancer

Pourtant, d’autres sujets urgents au même moment, montrent que cette justice n’aurait probablement pas changé d’attitude.

Ou du moins, qu’elle continue d’échapper à l’indépendance que consenterait le président Tshisekedi. Ou encore, qu’elle continuerait de recevoir des injonctions de l’ancien pouvoir, l’actuel FCC.

Ainsi, d’après des récits que l’on peut rencontrer sur les réseaux sociaux, certains Congolais pensent que le directeur de l’Ogefrem profite de la protection d’un proche de l’ancien président Joseph Kabila.

Deux autres cas tendent à soutenir aussi la thèse d’une justice encore aux ordres de l’ancien régime. La mise sous mandat d’arrêt de l’évêque Mukuna, devenu détracteur de Joseph Kabila et la plainte contre ce dernier.

Mukuna a déposé une plainte contre l’ancien président, qu’il accuse de nombreux crimes sous son mandat. La justice n’a pas, à ce jour, lancé de procédure ni commenté l’affaire.

Et au même moment a émergé une plainte pour viol contre le pasteur. Accusation qui a suivi la publication d’une sextape impliquant le pasteur et la présumée victime de viol.

La concomitance de ces affaires étonne toutefois. Surtout, à lire les réactions des proches de Joseph Kabila contre le pasteur Mukuna.

Ainsi, par exemple, Barnabé Kikaya a indiqué que ce qui arrive à l’évêque, qui a porté une plainte contre l’ancien président, n’est qu’un avant-goût. Ce qui, pour les proches de Mukuna, notamment le défenseur des droits humains Jean-Claude Katende, vaut menace.

Justice, ou politique ?

En somme, le fait que l’affaire de viol éclate contre Mukuna au même moment qu’il s’en est pris à Kabila, laisse croire que la justice qui vient d’interpeller l’évêque pourrait avoir reçu l’idée avant d’agir.

Puisque cette arrestation provisoire tend à bloquer une autre action, ou du moins, à en détourner l’attention du public. Il s’agit de la plainte pour les crimes que l’évêque impute à l’ancien président.

Autrement dit, il y aurait de fortes chances que l’action du procureur contre Mukuna soit plus politique que simplement judiciaire.

Didier Makal

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Likasi, prison de Buluo

Likasi, Buluo : les autorités réagissent aux conditions exécrables des prisonniers

Les autorités du Haut-Katanga ont réagi, samedi 23 mai 2020 à l'alerte sur les conditions de vie exécrables des

Lire plus...
Jacques Kyabula

Jacques Kyabula, après avoir pleuré le jeune Smith à Lubumbashi

L'image reste pleine de sens et d'émotions. Jacques Kyabula Katwe, gouverneur du Haut-Katanga, regardant entre ses mains une photo

Lire plus...
Insécurité à Kolwezi

Insécurité à Kolwezi : A quand le changement des commandants de la police et de l’armée?

Les députés nationaux du Lualaba, dans le Sud-ouest de l'ex-Katanga, n'y vont pas d'une main mole pour dénoncer l'insécurité.

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders