Insécurité à Lubumbashi : à quoi ont servi les missions des autorités nationales? (Mgr Tafunga)

In Congo profond

Les efforts que les autorités déploient contre l’insécurité à Lubumbashi ne semblent pas à la hauteur des attentes du peuple. C’est le constat que fait l’archevêque de Lubumbashi, Monseigneur Jean-Pierre Tafunga.

Dans une communication qu’il a faite sur l’insécurité à Lubumbashi, Monseigneur Tafunga ne cache pas son indignation.

Dates à l’appui, il énumère des événements qui ont ému plusieurs personnes à Lubumbashi depuis le début de l’année 2020.

Vols, viols et meutres à Lubumbashi

Des vols en série, des vols avec viols et meurtres. Et il n’oublie pas l’épisode des récents vols en  périphérie de la ville, où des hommes armés ont enlevé un bébé qu’ils ont abandonné plus loin dans un sac.

Or, note l’archevêque, des initiatives se multiplient de la part des autorités de  la provenance (Haut-Katanga) sans venir à bout de l’insécurité

« Ces efforts ne semblent pas être à la hauteur
des attentes du peuple : à savoir l’éradication de l’insécurité », fait remarquer monsieur Tafunga.

Une insécurité persistante

L’évêque catholique note pourtant, même les autorités nationales ont déployé des missions dans la ville. Même constat de persistance des violences.

« A quoi alors auraient servi toutes les visites des délégations nationales qui sont descendues chez nous, en Province, il y a peu, pour soi-disant analyser et résoudre la question de la sécurité ? », interroge-t-il.

Lire |Haut-Katanga : l’insécurité risque d’armer les civils

Il demande aussi qui arme ces bandits, qui leur rend les véhicules qu’ils utilisent et pourquoi les services de sécurité ne les neutralisent pas.

En guise de recommandations, Jean-Pierre Tafunga appelle la population à ne pas désespérer. Il invite aussi à la solidarité envers les victimes des violences ainsi qu’à soutenir les services de sécurité.

Puis, l’évêque demande aux autorités congolaises à redoubler d’efforts
pour que la sécurité et la paix reviennent.

Il propose aussi de renforcer le rôle des communes, des quartiers et d’autres entités dans le but d’identifier les auteurs des violences qui n’en finissent pas.

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Likasi, prison de Buluo

Likasi, Buluo : les autorités réagissent aux conditions exécrables des prisonniers

Les autorités du Haut-Katanga ont réagi, samedi 23 mai 2020 à l'alerte sur les conditions de vie exécrables des

Lire plus...
Jacques Kyabula

Jacques Kyabula, après avoir pleuré le jeune Smith à Lubumbashi

L'image reste pleine de sens et d'émotions. Jacques Kyabula Katwe, gouverneur du Haut-Katanga, regardant entre ses mains une photo

Lire plus...
Bois rouge, padouk

Haut-Katanga : les forêts communautaires pour sauver le bois rouge de l’extinction ?

Un calme précaire règne dans le Miombo, la forêt claire du Sud-Est de la République démocratique du Congo. Environ

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders