Vérité des taxes, quand tu nous tiens !

In CD hebdo
Congo Durable, taxes

Vous avez dit 25 000 USD ? Non, pas moi, ni moins encore nous. Ce chiffre paraît sans doute fou. Mais ce serait cela la somme récoltée en un seul jour par la mairie de Lubumbashi,  dans le seul secteur de transport. Et, faut-il le souligner, pour la seule taxe de stationnement dans les parkings. Voici la Une de Congo Durable n°17.

Depuis le mémorandum des « Compatriotes », des journalistes et non journalistes, contribuable au sujet des taxes automobile, un mot est sorti : acharnement. Non, c’en est pas un, sauf à prouver que les chiffres avancés sont faux. La vérité jaillira alors, plutôt que la langue de bois !

Pas d’un acharnement. Non ! Mais un exercice de bonne gouvernance et de participation citoyenne à la gouvernance des entités décentralisées. C’est constitutionnel, pour un Congo véritablement Durable.

Les chauffeurs de ta ville ne gagnent presque rien, arguent-ils souvent. Mais puisqu’ils payent les taxes qui parfois les étranglent, pourquoi rouspéter lorsqu’ils veulent savoir où va, où est leur argent ? Pourtant, pour des parkings qui n’existent pas, l’argent est payé. Et ces autocollants imposés aux taxis-bus, sont eux aussi chèrement payés à Lubumbashi pour des véhicules déjà immatriculés.

L’Association et la Mutuelle des chauffeurs du Congo (ACCO et MUC), prélèvent, elles aussi, de l’argent en milliers de francs congolais chaque jour. Mais ni la ville, ni ces structures privées n’ont pour habitude de rendre compte. Pas plus qu’elles ne pensent à bâtir des toilettes dans les arrêts des bus. Ah, Lubumbashi ville propre est véritablement sale dans les parkings de fortune!

Lire aussi : Nos morts, vraiment morts! 

Cette 17e édition de Congo Durable a saisi la balle au bond, à l’ère où la conscience citoyenne naît ou renaît à Lubumbashi. Le secteur des transports dans la ville génère beaucoup, peut-être trop d’argent. Qu’il faille savoir à quel moment le contributeur est-il aussi bénéficiaire, direct ou indirect des retombées de ses taxes payées, ce n’est pas un crime moins encore un échec pour l’autorité.

En son temps, Abraham Lincoln, président historique des USA, affirmait, avec raison qu’on pouvait « tromper une partie du peuple tout le temps et toute le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas mentir à tout le peuple tout le temps ». L’heure a-t-elle sonné en RDC ? Où vont les taxes ?

Fidèle Bwirhonde

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

RDC: des contrats miniers opaques freinent le développement

Le FMI fait pression et réclame la transparence sur les contrats miniers en RDC. situation qui tend à révéler

Lire plus...
Artémisia anua

RDC: une industrie verte pour sauver son économie ?

Penser à une industrie verte en RDC Devient de plus en plus indispensable. Surtout que le débat sur le

Lire plus...
Ecofoot Katumbi, stade TP Mazembe

Linafoot : Le championnat ne démarrera pas à la date indiquée

La commission de gestion de la Linafoot (Ligue Nationale de football) a décidé de renvoyer le démarrage de son

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders