Commerce ambulant : Bobo Malulu court-circuite le maire de Lubumbashi

In Congo profond
Commerce ambulant

Plusieurs mesures prises par la mairie de Lubumbashi n’ont pas abouti. L’éradication du commerce ambulant au centre-ville de Lubumbashi vient d’enregistrer un nouvel échec le mercredi 4 septembre 32019. Les vendeurs ont marché jusqu’au gouverneur où le ministre de l’intérieur les a autorisés à retourner vendre dans la rue.

Une décision devrait suivre, a-t-il annoncé, après le retour du gouverneur de province actuellement en déplacement.

Des mesures répétées, sans succès

A ce jour, les décisions administratives portant éradication des marchés flottants se multiplient. Les unes comme les autres n’ont pas réussi à sortir les vendeurs des rues du centre-ville de Lubumbashi. Et à chaque opération manquée, comme c’est le cas ces mardi et mercredi, on assiste à une montée en flèche de ce phénomène.

Lire aussi: Vendeurs ambulants à Lubumbashi : le droit de vendre partout ou de survivre?

Le 3 septembre 2019, la police locale a tenté de décourager les activités de ces vendeurs. En vain. Le lendemain, tous les vendeurs ambulants, homme, femme et enfants, ont pris d’assaut les artères de la ville. Ils ont décidé d’aller voir le gouverneur de la province du Haut-Katanga, en protestant contre la mesure de la mairie. Le commerce ambulant perturbe la circulation à plusieurs endroits du centre-ville où se trouvent de nombreux commerces de Lubumbashi.

Les manifestants ont été reçus devant le gouvernorat par le ministre de l’intérieur Bobo Malulu. Celui-ci a demandé aux manifestants de retourner vendre. La raison qu’il a évoquée c’est l’absence du gouverneur de province, censé prendre une décision à propos du commerce ambulant dans la ville.

Quelle alternative au commerce ambulant ?

Kabanga Mulumba, un habitant de Lubumbashi analyse la décision du ministre provincial de l’intérieur. « C’est la peur et l’incapacité de l’État à satisfaire les besoins de la population », qui explique une telle décision. Elle a ceci de remarquable : de paralyser toute initiative du maire de la ville.

« L’État, lui-même reconnaît sa défaillance et son incapacité à trouver une solution aux problèmes de la population. C’est ainsi qu’il ouvre une brèche en fermant les yeux sur le désordre, de peur que les vendeurs ambulants se révoltent contre lui », ajoute une vendeuse.

Les manifestants, vendeurs ambulants, ont regagné leurs lieux de vente dans la rue, aussitôt finie la rencontre avec le ministre de l’intérieur.

Patrick Muzamba

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Jeunesse

Formation militaire obligatoire : les réactions des Congolais

Le ministère de la jeunesse a élaboré un projet de loi qui impose une formation militaire à tout jeune

Lire plus...
Mobutu Sese Seko

Mobutu Sese Seko : une histoire s’efface dans l’Équateur

Dans une végétation rebelle de Gbadolite, se meurent de majestueux palais de Mobutu Sese Seko. C'est une histoire du

Lire plus...
Elections, Lubumbashi, G7

Réformes électorales en RDC : un dialogue de trop?

Il y a encore du temps pour tenir les élections en RDC, mais déjà les tractations ont commencé. Au

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders