Haut-Katanga : la crise de maïs s’invite à la session parlementaire de septembre

In Congo profond
Lubumbashi, Shégués, RDC, crise de maïs

Nouvelle session parlementaire à l’assemblée du Haut-Katanga. Lundi 30 septembre, comme le veut la Constitution de la RDC, les députés ont ouvert la session qui va particulièrement examiner le budget de la province. Enjeux majeurs du gouvernement de la province du gouverneur Jacques Kyabula : lutter contre la crise de maïs et l’insécurité.

Les députés provinciaux étaient au rendez-vous. La session ordinaire, essentiellement budgétaire, a alors démarré en présence du gouverneur du Haut-Katanga, Jacques Kyabula. L’insécurité et la crise de maïs ont sans tardé, apparu dans les défis à relever.

Insécurité, crise de maïs et faible contrôle parlementaire

Le président de l’assemblée provinciale, Freddy Kashoba, a prononcé un discours teinté d’un certain aveu de faiblesse.

Il a reconnu la faible implication de l’organe délibérant dans le contrôle de l’action de l’exécutif provincial. Un propos soutenu par d’autres députés. 

Lire : Carence de maïs à Lubumbashi, des gens pillent un camion de la farine

Ces derniers ont, en plus, souligné notamment un manque criant d’infrastructures de qualité en province. Dans le même cadre, ils ont déploré la persistance des poches d’insécurité dans les grandes villes du Haut-Katanga, principalement à Lubumbashi.

Il manque de maïs à Lubumbashi

Les députés attendent désormais du gouvernement deux documents essentiel : la reddition des comptes. Elle permettra, après son examen, d’examiner ensuite le projet de budget 2020.

Ce dernier pourrait attendre probablement l’évolution des prévisions nationales, pour s’inscrire dans la droite ligne de la politique nationale. 

D’autres matières qui retiendront, par ailleurs, l’attention du parlement provincial du Haut-Katanga. Les défis dans le secteur agroalimentaires se multiplient, notamment pour nourrir les populations urbaines.

Le maïs manque, principalement à Lubumbashi. Depuis plus d’un mois, les prix de la céréale ont doublé, ce qui en rajoute à la tension sociale.

Tensions à l’assemblée provinciale

Lundi, dans la matinée, la police a empêché des militants d’un candidat exclu du poste de directeur de cabinet du président de l’assemblée provincial d’accéder à l’hémicycle.

Ils protestaient contre sa mise à l’écart, dénonçant des considérations régionalistes. Cette interdiction a élevé d’un cran la tension autour du parlement provincial. Mais elle est retombée quelques minutes après.

Fidèle Bwirhonde

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Jeunesse

Formation militaire obligatoire : les réactions des Congolais

Le ministère de la jeunesse a élaboré un projet de loi qui impose une formation militaire à tout jeune

Lire plus...
Mobutu Sese Seko

Mobutu Sese Seko : une histoire s’efface dans l’Équateur

Dans une végétation rebelle de Gbadolite, se meurent de majestueux palais de Mobutu Sese Seko. C'est une histoire du

Lire plus...
Elections, Lubumbashi, G7

Réformes électorales en RDC : un dialogue de trop?

Il y a encore du temps pour tenir les élections en RDC, mais déjà les tractations ont commencé. Au

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders