Insécurité dans le Haut-Katanga : “On ne baissera pas les bras” (J. Kyabula)

In Congo profond

Le gouverneur de la province du Haut-Katanga a, dans un message posté sur les réseaux sociaux la semaine dernière, réagi au sujet de l’ insécurité qui sévit dans la province. A travers ce message, il se montre déterminé à mettre fin à la criminalité dans sa province.

Visiblement, la déclaration du gouverneur sur Facebook par exemple, passe mal auprès des Lushois (habitants de Lubumbashi). Des réactions fusent et pour la plupart, il s’agit de dénonciations de peu d’actions concrètes contre l’ insécurité.

Insécurité : et le sort des criminels arrêtés ?

Certains internautes estiment qu’il est du quotidien lushois d’entendre, dans les informations, les arrestations des présumés bandits. Ils estiment pourtant que ces affaires n’ont souvent pas de suite. Voilà pourquoi ils considèrent que ces présumés criminels ne subissent aucune sanction.

“Nous sommes déjà habitués à suivre ces genres d’information à la télé. Très souvent, ces criminels sont relâchés sans même avoir été jugés. Espérons que ça ne sera plus le cas…”, décrale Tina Meli, sur Facebook, en réaction au message du gouverneur.

En décembre 2019, plusieurs communes de la ville de Lubumbashi ont reçu des unités de commandement des services de sécurité. C’est dans le but de lutter contre l’insécurité dans la ville.

Lire |Lubumbashi : des militaires parmi les bandits armés

Depuis l’installation, cependant,  plusieurs groupes de présumés criminels ont été présentés au gouverneur de la province. Des militaires ont figuré sur le tout dernier groupe arrêté la semaine dernière.

Ces présumés bandits devraient quitter la province

Pour éviter que ces individus soient libérés de la prison et parfois dans être jugés, d’autres internautes proposent déplacement des bandits arrêtés vers des prisons lointaines.

Selon certaines personnes, ces mêmes individus une fois libérés, retournent dans la criminalité, en effet.

“… Garder ces bandits dans des prisons locales est une perte de temps, vu que leur organisation implique plusieurs acteurs non identifiés et parfois mieux placés. Donc leur déplacement vers une autre province s’avère opportun et adapté pour une résolution effective et complète de ce phénomène”, estime Gauthier Kasongo.

Plusieurs autres personnes, par ailleurs, dénoncent la non implication de la justice dans cette lutte. Elles appellent les autorités judiciaires à faire leur travail.

Gloria Mpanga

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Jeunesse

Formation militaire obligatoire : les réactions des Congolais

Le ministère de la jeunesse a élaboré un projet de loi qui impose une formation militaire à tout jeune

Lire plus...
Mobutu Sese Seko

Mobutu Sese Seko : une histoire s’efface dans l’Équateur

Dans une végétation rebelle de Gbadolite, se meurent de majestueux palais de Mobutu Sese Seko. C'est une histoire du

Lire plus...
Elections, Lubumbashi, G7

Réformes électorales en RDC : un dialogue de trop?

Il y a encore du temps pour tenir les élections en RDC, mais déjà les tractations ont commencé. Au

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders