Est de la RDC: Doit-on fouiner dans le passé pour stopper le sang et les larmes?

In Actualités
Monusco, RDC

Depuis environ 26 ans, l’ Est de la RDC est en proie aux atrocités causant des millions de morts et de déplacés. Pour y mettre fin, le président Félix Tshisekedi, s’est même dit prêt à donner sa vie. Mais sans fouiner dans le passé, les massacres des congolais pourront continuer.

Le 17 juillet dernier, les députés provinciaux du Nord-Kivu, dans l’ Est de la RDC, ont indiqué que plus de 200 personnes ont été tuées. 10 femmes ont été violées dans les mêmes circonstances.

Un cycle de violences qui ne finit pas

Des chiffres glaçants, mais qui ne finissent pas de tomber chaque jour ou presque.

Il s’observe même que certaines victimes sont devenues auteurs de crimes. En même temps, certains responsables de crimes sont à leur tour victimes de graves violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire.

Il faut réveiller le rapport mappinp

Pour le Docteur Mukwege, la solution est dans le rapport mapping des Nations-Unies.

Le prix Nobel de la paix 2018, cité par Habari RDC, pense que ” tant que l’impunité perdura et que les recommandations du rapport mapping des Nations-Unies seront ignorées, les massacres des congolais continueront.

Lire |Exclue, la Monusco prête à soutenir les FARDC contre les groupes armés

Car la paix ne se construit pas sur des fosses communes. Nous sommes convaincus qu’il n’y aura pas de paix durable sans justice poursuit-il.

Mettre fin à l’impunité

Ce rapport est l’oeuvre du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux droits de l’homme.

Couvrant la période allant de 1993-2003, ce rapport documente les graves violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire.

Parmi les recommandations, ce rapport prévoyait de mettre fin aux crimes commis sur le sol congolais. Surtout que la paix en RDC passe par la fin de l’impunité.

Des groupes armés qui écument dans l’Est de la RDC

17 ans après, les massacres n’ont pas cessé. De nouveaux crimes se commettent.

Pire encore, ce sont les mêmes acteurs des années 1993-2003 qui continuent à endeuiller de millions de congolais à l’est.

C’est sans compter que La plupart d’eux, ont conservé leur influence militaire, politique, économique. Ce qui semble les mettre à l’abri des poursuites judiciaires.

Voilà qui devrait impulser une politique forte. Et ne pas croire qu’il ne faut pas fouiner dans le passé . Et pourtant cela pourrait permettre à la justice de s’occuper des cas contenus dans le rapport.

Précisons que le manque de justice est un échec majeur du gouvernement de la RDC à mettre fin à l’insécurité. Sans doute, ceci contribue à la poursuite des attaques contre les civils à l’Est du pays.

Willy Mbuyu

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

FCC

Majorité FCC : « rien ne se fera légalement contre elle et sans elle » (Députés)

Les députés FCC que dirige l'ancien président Joseph Kabila réaffirment leur majorité. La rixe avec le camp présidentiel se

Lire plus...
Bois rouge (Mukula)

Le pillage du bois rouge a repris dans le Haut-Katanga

Dans le Haut-Katanga, en territoire de Kasenga, le pillage du bois rouge continue. Et ce en dépit d'un document

Lire plus...

Haut-Katanga : la pêche suspendue pour trois mois

Le gouvernement provincial a ordonné la fermeture de la pêche dans les eaux du Haut-Katanga. La décision prendra trois

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders