Péage urbain à Lubumbashi : la consternation du lushois Lambda

In Actualités
Taxes automobiles

A Lubumbashi, l’hôtel de ville a instauré un péage urbain. Tous les engins roulants devront payer avant de traverser les ponts, et les routes d’intérêt urbain. Une taxe qui fait déjà polémique dans les milieux publics .

Cette mesure de la mairie fait donc suite à l’arrêté urbain n°033/BUR-MAIRE/VILLE/L’SHI/2020 Du Mai 2020. Ce texte porte sur l’organisation et modalités de perception de la taxe de péage sur les ponts et routes d’intérêt urbain. Précisément il autorise la mise en place d’un péage urbain à Lubumbashi.

Lire | Les conducteurs de taxis fuient les taxes automobiles à Lubumbashi

Péage urbain fait parler à Lubumbashi

Seulement après, plusieurs voix se lèvent. Beaucoup condamnent la politique de la marie qui, selon eux, frise l’escroquerie.

C’est le cas de Lwamba Jean-Pierre qui affirme que « trop de taxe tue la taxe» ce Défenseur Judiciaire et chercheur en Droits économiques pense par ailleurs « qu’il faut définir des politiques de bonne gouvernance, et de gestion transparente des fonds du trésor public, sinon c’est de l’escroquerie».

Condamnant également la mesure de la mairie, Magloire Kabwe se demande « à quoi sert le contrôle technique que nous payons, vignettes, stationnement, et péage à l’entrée des routes nationales. Et sur quelle base légale allons-nous payer la taxe urbaine?»

Pour Oleseum « le maire de la ville doit justifier son arrêté imposant le péage urbain par une base légale, un édit provincial ou toute autre forme d’autorisation des élus».

Péage urbain pour lutter contre la pollution

Sous d’autres cieux, le péage a le but d’inciter les automobilistes à laisser leurs véhicules en périphérie pour utiliser les transports en commun. L’objectif est de fluidifier la circulation, et réduire la pollution que génère le traffic routier en agglomération.

Dans certains cas, les véhicules moins polluants sont exonérés de péage. Et les recettes servent généralement, au moins en partie, à financer des travaux d’amélioration des réseaux de transport en commun. C’est en vue d’offrir une alternative aux usagers.

Mais à Lubumbashi les raisons ainsi que l’affection des revenus issus du péage urbain seraient jusque-là méconnues. C’est serait par manque d’une campagne de sensibilisation cohérente et suffisante.

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Terrorisme à Beni

Du terrorisme à Beni: la thèse avance de plus en plus

Du terrorisme à Beni, et internationale, en plus. L'idée fait son bon nombre de chemin dans l'Est de la

Lire plus...
Fardc, bastion des ADF

Triste année 2020 pour Beni

L'année 2020 s'est achevée dans les larmes, dans le territoire de Beni, dans le Sud-Kivu. Entre 17 et 22

Lire plus...
Le RAM (Registre des appareils mobiles)

Le RAM toujours incompris en RDC

La taxe sur les téléphone, connue depuis peu sou l'appelant RAM, devrait rapporter quelques 533,5 millions de dollars à

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders