Grands Lacs: un plan de dix ans pour la paix ?

In International
président Félix Tshisekedi, Kagame, Museveni

Très désirée dans les Grands Lacs, la paix rencontre cependant des montagnes de défis depuis plus de 2 décennies. Mais parallèlement, des stratégies visant à son instauration dans cette partie du monde n’ont jamais tari.

C’est le cas de la nouvelle stratégie pour la consolidation de la paix dans les Grands Lacs qu’a proposée l’Envoyé Spécial de Gutteres. Huang Xia l’a présentée au Conseil de Sécurité des Nations-Unies mardi 13 Octobre 2020.

Selon lui, ce plan est « pour la consolidation de la paix. La prévention et la résolution des conflits dans la région des Grands Lacs ». Le haut fonctionnaire de l’ONU en a même sollicité l’appui des membres du Conseil de Sécurité.

Des priorités pour la paix dans les Grands Lacs

Il explique encore que « ce plan de dix ans compte dix priorités structurées autour de trois piliers. A savoir paix, sécurité et justice. Développement durable et prospérité partagée. Résilience aux anciens et nouveaux défis, et qui sont engagées de différentes consultations menées».

Sur ce point, on se souvient que les Nations-Unies et ONG ont produit plusieurs recommandations pour la paix dans les Grands Lacs. Seulement, Les violences quant à elles semblent se christaliser. Surtout que visiblement autant qu’il y a des stratégies de paix, autant les groupes armés changent de modes opératoires.

Pendant ce temps, la région est toujours en proie aux violences dont les causes auraient des dimensions internationales. A Propos, beaucoup pointent les multinationales qui racheteraient des minerais exploités artisanalement dans les conditions inhumaines. A ce titre, elles se trouveraient même en maillon final dans la chaine d’alimentation des conflits de Grands Lacs.

D’autant que l’exploitation illicite de ces ressources fait exacerber les conflits et fragiliser la paix dans la zone. Car loin de servir à créer des revenus, et de la richesse, ces ressources servent au financement de l’achat des armes et à toutes sortes de trafics illégaux. De ce fait, la paix dans les grands lacs passe également par une politique internationale forte contre les multinationales qui s’approvisionneraient des ressources naturelles de manière illicite.

Des erreurs stratégiques dans les Grands Lacs

Au niveau régional, un phénomène particulier inquiétant fragiliserait aussi les efforts de construction de la paix que déploient les différents acteurs institutionnels. Entre autres les Etats, les institutions internationales, et ONG.

En effet, vu l’ancienneté des conflits. Et leur caractère régional, de nombreux combattants démobilisés dans un pays s’engagent ou sont recrutés dans les conflits des pays voisins. Situation qui crée des milliers d’hommes expérimentés dans les techniques et la pratique de la guerre. Et qui tend à révéler certaines erreurs stratégiques que commettraient des États impliqués depuis des années.

Lire | Grands-Lacs africains : des décisions pour la forme, entre chefs d’État ?

Ainsi, tout chef de guerre recrute facilement des groupes aptes au combat sans besoin de la mobilisation particulière. Ni moins de formation aux techniques de guerre, ni encore à la manipulation d’armes. Lesquelles d’ailleurs seraient abondantes dans la circulation. Et qui restent à la bourse de plus d’un, car se vendant entre 20 et 50 dollars.

Une densité et chômage très élevés dans les Grands Lacs

Ceci pose donc le problème de la re-insertion des ex-combattants lorsque les accords de paix sont signés. Laquelle re-insertion ne devrait cependant pas être la seule réponse aux atrocités. Puisque dans certaines situations elle sonne comme une récompense aux acteurs qui insécurisent la région. Ensuite de lutte contre le pauvreté dans une zone où la densité reste élevée. Avec elle, le chômage qui a même la réputation d’être endémique.

C’est à ce titre que le plan de sortie de Huang pourrait tomber bien. Mais c’est dans la mesure où il serait suivi d’actions concrètes. Car « il sera tout aussi capital s’intensifie les efforts pour une coopération économique dynamique autour des projets transfrontaliers. Et d’une gestion partagée des ressources naturelles sur une sorte d’espoir en faveur d’une région qui vient de loin.» a souligné Huang Xia.

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

FCC

Serment de Hauts magistrats : les tensions montent d’un cran à Kinshasa

En RDC, les Hauts Magistrats nommés à la Cour Constitutionnelle prêtent serment Mercredi 21 Octobre au palais du peuple.

Lire plus...

Haut-Katanga : Gédéon Kyungu défie les services de sécurité

Recherché des services de sécurité Congolais, le chef de guerre Gédéon Kyungu affirme finalement être à Lubumbashi. Il l'a

Lire plus...

Projet de budget 2021: la gratuité de l’enseignement en danger ?

Vendredi 16 Octobre, la 53° réunion du conseil des ministres a adopté le projet de budget 2021. Un projet

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders