La survie politique du sénateur Joseph Kabila ? Le débat !

In Politique
PPRD

La formule pour une survie politique de Joseph Kabila, président honoraire de la RDC? Deux idées fortes d’un proche de l’ancien président et d’un défenseur des droits humains se frottent.

Dans une tribune, Barnabé Kikaya Bin Karubi, ancien conseiller politique du président honoraire Joseph Kabila alerte sur l’organisation des rencontres politiques. Il y évoque la survie politique de celui qu’il a longtemps servi comme ambassadeur et conseiller.

Lesquelles rencontres viseraient, selon lui, l’arrestation du désormais sénateur à vie, et son transfert à la CPI.

C’était après avoir signalé un montage sonore. Lequel, attribué à Sonia Rolley de RFI, fait état de l’exil du sénateur Kabila partir de son séjour dans le grand Katanga.

Des controverses autour de la survie politique de Joseph Kabila

Une démarche que maître Hubert Tshiswaka Masoka, avocat et chef de l’Irdh, semble botter en touche. Puisqu’il constate que seuls les sorts individuels préoccupent les membres du PPRD et leurs alliés du FCC.

Il en veut pour preuve les dissidences néées de la débâcle en continue. A propos, le directeur de L’IRDH constate qu’il y a ceux qui jouent le jeu radical autour du président honoraire Kabila.

Lire | La rémunération de Joseph Kabila enflamment es discours en RDC

Ensuite, les membres qui acceptent la défaite, et préconisent des réformes internes. Enfin, ceux qui prennent le risque de quitter leur camp politique, tambour battant. Ces derniers veulent ainsi rejoindre le camp de nouveaux alliés du président Tshisekedi.

Seulement, toutes ces tendances rencontrent de sérieuses difficultés devant la problématique de survie du président honoraire. Une question qui devrait pourtant faire objet du vrai débat au sein du FCC. D’où les trois conditions du défenseur des droits humains.

Gérer son propre succès

En premier lieu, le directeur de l’IRDH constate alors que le président Joseph Kabila devrait se focaliser sur sa propre vie politique. Surtout qu’il a réussi à «obtenir une position historique que lui confèrent des instruments juridiques», souligne maître Hubert. Référence faite ici à son statut de sénateur à vie.

C’est alors que la plupart de ses lieutenants, selon le défenseur de droits de l’homme, sont dans l’incertitude totale. Ils « courent même le risque de tout perdre», insiste-t-il.

C’est à l’image de la déchéance de Jeanine Mabunda du bureau de l’Assemblée Nationale. Aussi de la motion en gestation contre Alexis Tambwe. Enfin, le spectre de la déchéance qui plane sur le premier ministre Sylvestre Ilunkamba.

Revenant précisément sur le cas du sénateur à vie, maître Hubert évoque par ailleurs l’article 5 de la constitution. Un texte qui veut que tout ancien président de la République élu soit soumis à une obligation générale de réserve. Puis, de dignité, de patriotisme et de loyauté envers l’État.

Des conditions qui veulent donc que le président honoraire Joseph Kabila se distance de ses conseillers. Lesquels « l’exposent aux fautes», souligne maître Hubert.

Constituer un nouveau cabinet

Par ailleurs, le directeur de L’IRDH constate que les collaborateurs du président Kabila ne parviennent pas à lire les indicateurs du destin de leur maître. A propos, il ajoute même que plusieurs- collaborateurs- « auraient atteint leur ménopause intellectuelle.»

Aussi, s’il y en a qui enferme le président honoraire «dans la sphère tribunale, d’autres tiennent à le réduire au rôle d’autorité morale du parti», regrette maître Hubert. Ce dernier pointe notamment les réformateurs qui craignent de lui demander de prendre congé du parti.

Dans ce sens, l’autorité morale du FCC court le risque de prendre la place de ses lieutenants. Et ceux derniers « l’abandonneront dans la déchéance», prévient le défenseur des droits de l’homme.

Se tourner vers l’avenir

Enfin, posant sa troisième condition, le directeur de L’IRDH appelle le président honoraire Joseph Kabila à se remettre en cause. Une démarche qui voudrait aussi qu’il se hisse au-dessus de la mêlée, par rapport à son agenda politique.

Pour tenter de convaincre, maître Hubert donne l’image du « leader » de l’Eglise Catholique. Puis du prix Nobel de la paix. Des personnalités qu’il présente comme se taillant leur chemin dans la vie de la nation, indépendamment des dirigeants et opinions politiques.

Aussi comme se faisant respecter tant au niveau national, qu’au niveau international. Des valeurs qu’ils puisent par leur langage diplomatique, selon maître Hubert. Puis dans des prises de position de sagesse.

Willy Mbuyu

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Glencore, Cobalt

Production de cobalt : la RDC vise le monopole dans l’artisanat

La RDC entend exercer le monopole sur la production de cobalt. Plus particulièrement, dans le secteur artisanal. C’est ce

Lire plus...
Union sacrée

Kyungu Shimbi : « Le gouvernement Sama peut encore aider F. Tshisekedi à se relever »

En un peu plus de deux ans au pouvoir, Félix Tshisekedi devrait bientôt présenter son deuxième gouvernement. Le Gouvernement

Lire plus...
Mike Hammer

Mike Hammer surexcite les souverainistes de la RDC

C'est une affaire de passion que l'on vit différemment. Mais qui semble susciter des remous. La relation entre l'ambassadeur

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders