RDC : Félix Tshisekedi et ses promesses non tenues

In Opinions
Union sacrée

Il y a peu, ils étaient encore nombreux, les Congolais qui y croyaient. Félix Tshisekedi n’aurait quand-même pas pu faire autant de promesses sans lendemain au peuple. Mais c’était sans compter avec les habitudes politiciennes africaines riches en rhétorique, pauvres en actions. Sa promesse de déboulonnage a presque réussi, mais pas grand-chose d’autre.

A l’évidence, s’il ne pouvait pas mentir – pas lui quand-même– il n’a pas non plus tenu ses promesses. Comme quoi, les promesses n’ont de sens que pour celui qui y croit. Et le peuple d’accord, si ce n’est plus le peuple d’abord.

Ces promesses qu’il n’aurait pas dû faire en vain

Meilleures infrastructures, accès à l’eau et à l’électricité, amélioration du système éducatif, en finir avec l’insécurité ou encore la corruption, améliorer la gouvernance, etc. Autant de promesses jamais tenues mais qui sont complétées par d’autres. Et le pays patine.

Je me souviens de son premier discours devant les députés nationaux, le 13 décembre 2019. « J’annonce l’ouverture de grands chantiers qui vont nécessiter une mobilisation générale », affirmait Félix Tshisekedi soutenu par les applaudissements de l’assistance. Tout le monde sait où on en est aujourd’hui.

Lire | Union sacrée : Félix Tshisekedi consomme la rupture avec le FCC

Au sujet de la corruption, vous me direz que le président a tenu. Mon œil ! On sait en effet qu’il y a des efforts avec l’inspection générale des finances. Mais on sait également que les habitudes n’ont pas changé. Peut-être les méthodes seulement. On ne saurait parler du malaise que travers la RDC sans penser à la corruption.

Le pouvoir actuelle a accusé le régime Kabila de n’avoir pas assez fait pour en finir. D’ailleurs Félix Tshisekedi, alors candidat président de la république, avait promis de faire la différence. « Une fois élu, je ferai de la lutte contre la corruption mon cheval de bataille ».

Parlant du niveau de vie, le président avait également promis de faire passer le revenu moyen du Congolais de 1,25$  à 11,75 par jour. Cela impliquait une croissance fixe autour de 25% par an. La pandémie à corona virus est un coupable désigné pour justifier ce qui n’a pas été fait.

Pour des élections transparentes et pacifiques, le la loi électorale devrait subir des reformes promises par Félix Tshisekedi. Mais à deux ans de la fin de son mandat, c’est devenu même irritant de parler de la préparation des élections. 

Ce qu’il n’aurait jamais dû promettre

« Dans quelques semaines, promettait encore Félix Tshisekedi, je serai un Gomatracien [un habitant de Goma, ndlr]. Je vais venir habiter ici. Je vais vivre avec vous. Je voudrais entendre au quotidien vos problèmes et nous allons les résoudre ensemble ». Cette forte promesse aurait pu élever sa côte, s’il l’avait tenue.

Des propos tenus le 8 octobre 2020 à Goma reprenant ceux de deux ans plus tôt à Sake, toujours dans le Nord-Kivu. Lui qui assurait pouvoir mourir pour la paix n’a su mieux faire que promettre. A Bukavu, dans le Sud-Kivu, Tshisekedi l’a encore fait en octobre 2019: « Et cette paix, croyez-moi, je suis prêt à mourir pour qu’elle soit une réalité ».

Le 31 décembre 2019, l’air convaincu, il faisait presque la même promesse. « La paix sera restaurée dans l’Est de tout le territoire national ». Depuis lors, tout est pareil, l’insécurité persiste autant que les promesses. Les rebelles tuent, pillent et violent à volonté. Un véritable défi que Kinshasa ne relèvera pas bientôt. C’est pourtant parmi les promesses qui ont mu beaucoup de cœurs qui attendent la paix, certains depuis plus de deux décennies.

Le 3 septembre 2019, lorsqu’il annonçait qu’en 2020 il lancerait le recensement de la population et mettre en place des visas électroniques pour rentrer sur le territoire national, on y croyait encore. Je ne parlerai pas de 86,71 milliards de dollars américains promis sur dix ans comme budget de la RDC. 

Quant à l’unité nationale, ce n’est pas gagné. Le président qui se voulait de tous les Congolais n’avait probablement pas imaginé les divisions que provoquent aujourd’hui à la fois son parti et ceux qui partagent sa tribu. Ils vont jusqu’à défier l’autorité et les règles sociales établies puisqu’ils ont le pouvoir. Et le pire reste à venir !

Fidèle Bwirhonde

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Glencore, Cobalt

Production de cobalt : la RDC vise le monopole dans l’artisanat

La RDC entend exercer le monopole sur la production de cobalt. Plus particulièrement, dans le secteur artisanal. C’est ce

Lire plus...
Union sacrée

Kyungu Shimbi : « Le gouvernement Sama peut encore aider F. Tshisekedi à se relever »

En un peu plus de deux ans au pouvoir, Félix Tshisekedi devrait bientôt présenter son deuxième gouvernement. Le Gouvernement

Lire plus...
Mike Hammer

Mike Hammer surexcite les souverainistes de la RDC

C'est une affaire de passion que l'on vit différemment. Mais qui semble susciter des remous. La relation entre l'ambassadeur

Lire plus...

One commentOn RDC : Félix Tshisekedi et ses promesses non tenues

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders