Mike Hammer surexcite les souverainistes de la RDC

In Actualités
Mike Hammer

C’est une affaire de passion que l’on vit différemment. Mais qui semble susciter des remous. La relation entre l’ambassadeur américain Mike Hammer et de nombreux Congolais inconditionnels de la souveraineté nationale! Le premier entend jouer son rôle passionnément. Et les seconds s’attachent à leur Congo qu’ils veulent souverain.

Fin mars 2021, le diplomate américain Mike Hammer apparaît sur un cliché qui irrite certains Congolais sur les réseaux sociaux. Il est entouré d’officiers de l’armée de la RDC. L’image témoigne d’une entrevue qu’il venait d’avoir avec ces derniers à la base militaire de Kamina, dans l’ancien Katanga.

Indignation : feu sur Tshisekedi et Hammer

L’indignation monte très vite. Les internautes dénoncent la perte de l’indépendance congolaise. Bien sûr, vis-à-vis des États-Unis qui soutiennent le président Félix Tshisekedi.

« Lorsqu’on voit ces images, on se rend compte à quel point la nation congolaise est désacralisée. L’État congolais ne fait que s’affaiblir », déplore une twitto du nom de Sophie Ntumba. Et d’ajouter, droit contre l’ambassadeur : « Congolaise libre, j’ai le devoir moral & patriotique de m’opposer à ce monsieur. »

Beaucoup comme cette Congolaise, se demandent si une action réciproque est possible aux États-Unis pour un ambassadeur de RDC.

Vous pourriez aimer lire | F. Tshisekedi : 4 raisons pour ne pas fouiner dans le passé

Mais ce que qui a été très peu dit dans cette vague d’indignations, c’est que la démarche de Mike Hammer ne pouvait nullement être unilatérale. S’il a eu un entretien avec des officiers de l’armée et ne l’a pas caché, c’est qu’il en a vraisemblablement obtenu l’autorisation. De Kinshasa précisément.

« Un ambassadeur peut visiter différents secteurs de la vie nationale »

Congo Durable a adressé à ce propos, une correspondance aux Affaires étrangères congolaises. En attendant la réaction officielle, les experts expliquent que ce qui s’est passé est réglementaire.

« Sur le plan diplomatique, un ambassadeur de n’importe quel pays peut solliciter et obtenir de visiter différents secteurs de la vie nationale. Selon le protocole, il sera accompagné des autorités nationales », explique le professeur Germain Ngoie Tshibambe. Il est enseignant au département des Relations internationales et ancien doyen de la faculté des sciences sociales à l’Unilu (Université de Lubumbashi).

Pour ce professeur, à propos des images qui font réagir sur les réseaux sociaux, il faut comprendre que représentant les USA, cet ambassadeur visite à dessein cette base pour voir comment dresser un rapport en vue de finaliser certains dossiers de coopération. « C’est normal », précise-t-il par ailleurs.

Lire | RDC – États-Unis : un accord de coopération militaire qui réjouit le camp Tshisekedi

Il est aussi important de noter que la RDC et les États-Unis sont, depuis 2019, liés par un accord militaire. Des soldats congolais sont censés entrer dans des programmes de formation américains. Et Mike Hammer a sûrement joué un rôle dans ce qui est arrivé sur ce plan.

Mike Hammer en fait-il un peu trop?

La question qui se pose, dès lors, c’est : l’ambassadeur Hammer en fait-il un peu trop dans sa communication ? Il suffit de lire ses échanges avec certains internautes congolais pour réaliser ce que ces derniers pensent de lui.

Le diplomate se montre peu sobre dans ses interventions ou sorties médiatiques. Et chaque fois, il y en a qui le lui rappellent parmi les Congolais.

C’est ce que montre cet article de Le Monde, daté de novembre 2020. Il reproche aux « messieurs Afrique » de la diplomatie américaine de se passer des atteintes à la démocratie. Le fait par exemple qu’une entente ait été trouvée entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila contre les résultats des urnes (2018). Un « pari risqué », pointe Le Monde, au nom du renforcement de la transition politique en RDC.

Relations plutôt cordiales à Kinshasa

Mais à Kinshasa, les relations semblent toujours aussi cordiales avec Washington. Le 27 mars dernier, le président Tshisekedi recevait Mike Hammer. La présidence de la République a annoncé, à l’issue de la rencontre, une invitation de Joe Biden. Bien plus, le nouveau président américain a convié son homologue congolais « du 23 au 24 avril prochain, à un Sommet virtuel sur le changement climatique ». Cette rencontre a donc eu lieu peu avant celle de Kamina.

Lorsque des Congolais se demandent donc si c’est toujours « dans son rôle d’ambassadeur » que Hammer parle, ils ne posent pas la bonne question. Cette dernière question, en effet, était posée lors d’une récente déclaration du diplomate américain sur les élections.

« La tenue des élections en 2023 est essentielle pour montrer au peuple congolais qu’il y a un vrai changement et que le glissement de l’ancien régime est mort », disait-il peu avant fin mars.

Environnement, lutte contre la corruption, et politique, Hammer semble ne pas se priver d’occasion pour donner son avis.

CD

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Glencore, Cobalt

Production de cobalt : la RDC vise le monopole dans l’artisanat

La RDC entend exercer le monopole sur la production de cobalt. Plus particulièrement, dans le secteur artisanal. C’est ce

Lire plus...
Confinement, quarantaine

Petit commerce : ces étrangers qui ne respectent pas les lois en RDC

Vivre en République démocratique du Congo n'est pas compliqué, à ce qu'il paraît. Tout le monde y fait aussi

Lire plus...
Union sacrée

RDC : Félix Tshisekedi et ses promesses non tenues

Il y a peu, ils étaient encore nombreux, les Congolais qui y croyaient. Félix Tshisekedi n’aurait quand-même pas pu

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders