Kyungu Shimbi : « Le gouvernement Sama peut encore aider F. Tshisekedi à se relever »

In Politique
Union sacrée

En un peu plus de deux ans au pouvoir, Félix Tshisekedi devrait bientôt présenter son deuxième gouvernement. Le Gouvernement Sama après Ilunkamba. Une équipe promise depuis quelques deux mois mais qui peine à être publiée. Ce retard semble ne pas jouer en faveur de l’image du chef de l’Etat auprès de la population, entre-temps.

Félix Tshisekedi fait face finalement, entre autres accusations sur les réseaux sociaux notamment, de bloquer lui-même la sortie du gouvernement. Il suffirait pour lui, selon ces critiques, de décider maintenant qu’il a les pleins pouvoirs, débarrassé enfin du camp Kabila qu’il a accusé de bloquer des actions. Or, le gouvernement Sama semble susciter déjà des inquiétudes avant même d’être publié.

Gouvernement Sama très attendu

Mais ceci paraît bien plus simplifié comme manière de saisir les enjeux en présence. Le président doit satisfaire de nombreuses demandes parmi ceux qui l’ont soutenu dans la constitution de sa majorité parlementaire.

Pendant ce temps, à l’Est du pays toujours à sang, Félix Tshisekedi passe pour quasiment inactif face à l’urgence de rétablir la paix. Et sur le plan social, les espoirs des sans emplois ou des gens au chômage déchantent. 

Tout ceci, sans être exhaustif, constitue des enjeux que Tshisekedi et son gouvernement devront affronter.

Une crise prévisible et évitable  

Mais selon le politologue Kyungu Shimbi de l’université de Lubumbashi, « la crise que traverse Félix Tshisekedi est normale pour quelqu’un qui est à son premier mandat. C’est pourquoi, ajoute le politologue, lorsqu’on arrive au pouvoir on prend des grandes décisions puisqu’on a encore le soutien [du peuple] ». 

Pourtant le scientifique avoue que sans un management bien muri, un dirigeant peut seul causer sa propre chute. 

« On peut aussi précipiter l’impopularité, dit-il, quand l’appareil de l’Etat est à l’arrêt, comme le cas que nous traversons ». 

En effet, la crise politique en RDC se vit depuis des mois. Elle s’est accrue notamment avec la suspension du conseil des ministres, il y a quelques 7 mois.

« Pourtant, certaines décisions ne peuvent se prendre qu’au conseil des ministres », renchérit Kyungu Shilmbi, indigné.

Mais Tshisekedi peut encore relever la tête

Plusieurs défis attendent donc le président de la république, et il le savait en prenant le pouvoir. Et si le régime passé n’avait plus beaucoup d’alliés parmi le peuple, il revenait à Tshisekedi de renouer la confiance pour autant qu’il devait être conscient des enjeux.

Mais à l’état actuel où la crise ne faiblit pas alors que l’espoir s’enlise, le président devrait prendre « des grandes décisions pour changer la situation sociale même si elles [les décisions] tardent avenir alors qu’on le [le président] trouve plus présent dans des discours que dans les actes », regrette Shimbi.

Entre guerres à l’Est du pays, la crise économique, les détournements des deniers publics, etc., Félix Tshisekedi fait face au rappel permanent du temps qui lui reste au pouvoir et de ses promesses non encore tenues. Il devrait donc vite se relancer. Car, croit Shimbi, « se rattraper en politique est possible si on sait jouer avec les sensibilités et les  problèmes de ses concitoyens ».

Mais le politologue se fait du souci, parlant de l’insécurité au pays. « Le chef de l’Etat ne prend pas de mesure à faire changer les choses, l’exemple est qu’aucune ordonnances n’a été signée dans ce sens moins encore un suivi avéré de la situation ».

Pour relever la tête, Félix Tshisekedi peut encore reposer sur le gouvernement attendu, s’il est intelligemment monté et conduit. C’est ce qu’appui le politologue qui rappelle que « la population, même sans étude systématique, veut un gouvernement réduit et des  nouvelles figures, sans les transfuges du FCC. Si le chef de l’Etat tape à côté de ces éléments, son gouvernement n’a pas d’avenir. Mais ce gouvernement en entente peut lui donner du soutien, mais tout dépendra de l’orientation qu’il lui fera, se convainc Kyungu Shimbi.

Fidèle Bwirhonde

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Redevance minière

Lubumbashi : une pluie détruit des bâtiments à la Ruashi

La cathédrale notre Dame des Pauvres de la Ruashi, a perdu une partie considérable de sa toiture. Et ce,

Lire plus...

Forage des puits à Lubumbashi : entre révolte et business

À Lubumbashi, des privés entretiennent des puits mécaniques et manuels en vue de la vente d'eau potable. Ce business

Lire plus...
CENI, Céni, Calendrier électoral, CENI RDC, Processus électoral

Céni RDC: Denis Kadima et ses trois défis

Mardi 26 octobre à Kinshasa, Denis Kadima a officiellement enfilé sa tunique de président de la Céni. Vite fait,

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders