Covid19 à Kolwezi : les conséquences corrigent mieux

In Actualités

Ils ont échappé au Covid19 après en avoir été frappés. Et désormais, ils deviennent des ambassadeurs des recommandations sanitaires contre la propagation du Coronavirus. C’est l’histoire d’une frange d’habitants de Kolwezi.

Il y a encore quelques semaines, il fallait contraindre au port du masque ou au lavage des mains. Mais depuis peu, ça va de soi. Ceux qui ont survécu à la Covid19 n’osent plus revenir à leurs habitudes d’avant. Comme Quoi, les conséquences corrigent mieux que les conseils.

Depuis le milieu de l’année (2021), les décès associés au Covid-19 s’additionnent particulièrement dans la capitale du Lualaba. Une augmentation qui inquiète les professionnels de santé alors que dans la population, le scepticisme gagne encore du terrain. Pourtant, des cas réels de maladies existent mais ne s’assument pas.

Des personnes manifestant des signe du Corona auraient honte et peur de se faire examiner. Personne ne veut être coupé de son quotidien pourtour chacun mets tout le monde en danger.

Conséquence, les patients se rendent en dernière minute à l’hôpital quand médecin n’a plus beaucoup de chance. D’autres préfèrent les centres médicaux de fortune n’ayant pourtant pas les moyens nécessaires.

La peur de l’inconnu qui tue en silence

Mais alors que le mal gagne du terrain et que s’accroît la peur, la population prend de plus en plus conscience. Presque tout le monde peut maintenant porter son masque sans contrainte. Un pas de plus contre la propagation du virus.

Cette même peur fait aussi beaucoup de malheureux. Plusieurs personnes évitent de se faire dépister au risque de subir la mise en quarantaine. Cela conduit des malades à se faire soigner en cachette. Nombreux se déclare eux-mêmes guéris de ce virus même quand personne ne savait qu’ils en souffraient.

Aimérance Lenge se présente comme l’une des victimes du Corona virus. Elle affirme avoir souffert et être guérie sans intervention hospitalière. Du haut de sa quarantaine, elle explique que durant 15 jours elle s’est battue conte la mort.

« Je n’avais pas de goût, pas moyen de sentir l’odeur même la plus mauvaise. Des maux de tête intense, toux et rhume, manque d’appétit avec des difficultés respiratoires et maux d’estomac », sont les symptômes qu’elles aurait présentés. Pour elle, c’était bel et bien le Corona virus qui l’avait attaquée.

 Est-ce une maladie de la honte, Covid19 ?

A Kolwezi, parmi les raisons des multiples décès liés au Corona virus se trouvent les mythes et préjugés construits autour de cette maladie. Souffrir de Covid-19 fait peur mais honte aussi, surtout quand on a été opposé aux mesures dites barrières.

La peur, si on ne meurt pas, c’est souvent de perdre ses relations. Car même après un test négatif, l’entourage doute toujours. C’est une stigmatisation qui accompagne les victimes du Corona virus, même après la guérison dans certains cas.

C’est une nouvelle piste de sensibilisation, notamment à travers les églises. En effet, à Kolwezi, les hommes dits de Dieu sont particulièrement respectés. Être c’est le cas partout en RDC. Elles devraient davantage aider l’état à parler à ses citoyens.

Éric Cibamba.

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Lubumbashi, Shégués, RDC, crise de maïs

RDC Politique : le nouveau gouvernement Jacques Kyabula investi

Le gouverneur Jacques Kyabula a présenté, ce 10 juillet 2024, son programme pour les 5 années à venir à

Lire plus...
Haut-Katanga

Haut-Katanga : Jacques Kyabula a refait son gouvernement provincial

Après son interpellation à Kinshasa par le ministère de l'intérieur, Jacquemin Shabani (le 1er juillet 2024), le gouverneur du

Lire plus...

Lubumbashi : Kitwa Djombo David, le notaire du changement ?

Du haut de ses 27 ans dans les méandres du notariat de Lubumbashi, Kitwa Djombo David est le notaire

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders