Contre le Coronavirus, modifier ses habitudes peut sauver des vies

In Actualités

Les échanges autour du Coronavirus sont désormais centrés sur la troisième vague de la maladie qui en résulte. La troisième vague, comme on l’a baptisée, se montre davantage meurtrière. C’est notamment en RDC où les décès sont annoncés en cascade. Faudrait-il rappeler la nécessité de changer les habitudes et donc les modes de vie ?

Dans un pays aussi hospitalier que la RDC, je pense que préserver le « Ubuntu » reste essentiel mais qu’il importe aussi de veiller à la vie elle-même notamment en ces temps où de nouvelles règles sous le coronavirus se définissent pour passer le cap de menaces sanitaires mondiales de notre temps. Les règles du vivre-ensemble ont pris un coup mais le changement de nos habitudes sociales s’impose.

L’urgence semble davantage pressente en ces temps où l’on ne contrôle presque pas la chaîne de transmission de cette maladie. Et nul ne semble clairement savoir jusque quand le monde sera encore frappé. Entre-temps, on relâche les recommandations sanitaires parce, hélas, nombreux restent convaincus que tout n’est qu’invention humaine et donc rien n’est réelle. « La maladie autant chantée n’existe pas. »

Pendant ce temps, le monde reconnait n’avoir pas connu autant décès depuis plusieurs décennies. Ce qui aurait suffi à alerter les pessimistes. On se contente de de décourager le respect des recommandations médicales sans rien proposer à la place. Plusieurs victimes consécutives à cette nativité sont à compter.

Si toutes nos habitudes ne pourront changer, elles devront au moins s’adapter aux circonstances de notre temps. Il revient à l’homme de s’adapter, choisir la vie en acceptant de se protéger pour protéger sa communauté.

Mais comment s’y prendre ?

Les recommandations sont déjà connues et cela a assez duré pour qu’on ne s’y conforme jusqu’à ce jour. Certes, une autres maladie peut présenter des singes semblables à ceux du Coronavirus, mais qu’on soit malade ou pas, on est plus gagnant en se soumettant aux mesures recommandées. Et malgré les défaillances du système national congolais, il n’en demeure pas moins vrai que le salut est individuel.

Le professeur Jeannot Katshingu, docteur en sociologie et résolution des conflits, croit que dans la situation actuelle il convient que la population soit rééduquer. Il estime que le mal et le danger sont réels mais l’on doit redéfinir nos interactions sociales afin de survivre.

« Nous sommes devant un fait de santé publique avec des répercutions sociales importantes, affirme le professeur. Dans, insiste-t-il, il y a des normes édictées pour X ou Y raison et qui soumettent tout le monde au respect pour le bien-être social, sanitaire, économique, etc. de la communauté.

Coronavirus: revoir les habitudes

Pour le moment la norme édictée c’est l’ensemble des mesures barrières. Pour y arriver il faut socialiser tout le monde par la sensibilisation et conscientisation ».

Il faut donc revoir les habitudes sociales, aussi importantes soient-elles. Les pratiques qui changent aujourd’hui seront retrouver si tout le monde fait un sacrifice. C’est bien difficile, êtes, comme l’estime Kabongo, enseignants de sociologie au secondaire, mais ce possible. « Le Congo a perdu ses repères et en recherche à ce jour. Il est difficile de lui arracher le peu qui lui reste de sa culture, notamment le vivre-ensemble », estimé l’enseignant.

Par contre, le prof Jeannot Katshingu trouve que renoncer à certaines habitudes et s’adapter, c’est à la fois simple et logique pour répondre à certaines exigences. Pour lui, cela ne changera rien à la culture collective.

« La société étant dynamique, expliquée le prof, nous devons nous adapter en ajustant nos comportements aux exigences sanitaires de notre temps qui, du reste, ne seront pas toujours les mêmes.

Nos rendez-vous, par exemple, comptent mais ne sont pas aussi importants s’ils risquent de nous arracher à la vie. Nous devons accepter de modifier nos habitudes » et sauver notre communauté.

Éric Cibamba

 

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Redevance minière

Lubumbashi : une pluie détruit des bâtiments à la Ruashi

La cathédrale notre Dame des Pauvres de la Ruashi, a perdu une partie considérable de sa toiture. Et ce,

Lire plus...

Forage des puits à Lubumbashi : entre révolte et business

À Lubumbashi, des privés entretiennent des puits mécaniques et manuels en vue de la vente d'eau potable. Ce business

Lire plus...
CENI, Céni, Calendrier électoral, CENI RDC, Processus électoral

Céni RDC: Denis Kadima et ses trois défis

Mardi 26 octobre à Kinshasa, Denis Kadima a officiellement enfilé sa tunique de président de la Céni. Vite fait,

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders