A Kolwezi, le prix du charbon de bois hausse

In Environnement
Déforestation, Katanga

La ville de Kolwezi avait déjà pris l’habitude. Depuis février 2021, un sac ordinaire de charbon de bois coûtait 17 000 Francs Congolais, soit 8,5 dollars américains.

Mais courant Mai 2021, la même quantité de charbon de bois est désormais proposée à près de trois fois plus cher. Il faut maintenant 45 000 Francs (22,5 Usd) pour se l’arracher. Un coup dans le budget des familles dont le panier peine déjà à être rempli.

Quoique sa production soit une menace contre l’environnement en favorisant la déforestation, le charbon de bois constitue la principale source d’énergie pour plusieurs congolais, même dans les centres urbains.

Des milliers de familles ne peuvent manger que si cette denrée est disponible. La hausse de son prix est donc angoissant pour la population de Kolwezi. Pourtant, en saison sèche, c’est bien souvent l’inverse.

Selon les habitués, ce phénomène aurait un sens en saison de pluie. Mais une explication se dégage de plusieurs observations.

« Les espaces boisés qui étaient libres d’accès sont de plus en plus privatisés et donc protégés. Difficile de continuer à y couper du bois à volonté comme avant. Ce qui induit une carence en bois et donc en charbon ».

On a tout vendu, la population paye le prix

En effet, la cession de plusieurs espaces de terre à des privés réduit sévèrement les zones autrefois exploitées diversement par les populations autochtones.

Aussi, la modernisation rattrape certains milieux et influence la vie et les pratiques des communautés. Et le coupable désigné, c’est l’état Congolais.

Les exploitations minières s’emparent de terres locales et repoussent au loin les populations qui sont alors coupées de leurs ressources.

Malheureusement, n’ayant pas accès à l’électricité ou presque pas, la population n’a que les dérivés des arbres pour son quotidien. Un détail important que les autorités ne prennent visiblement pas en compte dans leurs décisions.

En tout cas, c’est une nouvelle lutte pour les ménages qui doivent repenser leurs dépenses.

Sinon, il faudra que tout le monde s’approvisionne dans les villages relativement lointains où un sac de charbons se négocie entre 7 et 13000 Francs Congolais, selon sa taille. Mais cela n’est pas donné non plus.

Sans électricité, sans charbon de bois

Mariée à un homme payée à moins de 200$ le mois, Joëlle Songa habite Kinsu, l’un des nouveaux quartiers de Kolwezi. Face à cette situation, cette mère au foyer parle d’un clavaire.

« Ce n’est pas facile de vivre sans la braise, lance-t-elle. Le revenu de mon époux est insuffisant, mais je dois m’adapter et essayer de lier les deux bouts. Mais, avoue-t-elle, c’est pénible la situation actuelle ».

Cet état ne met pas en difficulté que les ménages. Les vendeurs des charbons n’ont plus le même taux de vente autant que les transporteurs n’ont plus la même sollicitation.

Éric Cibamba


Lire | Les 4 grands destructeurs des forêts du Katanga

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Redevance minière

Lubumbashi : une pluie détruit des bâtiments à la Ruashi

La cathédrale notre Dame des Pauvres de la Ruashi, a perdu une partie considérable de sa toiture. Et ce,

Lire plus...

Forage des puits à Lubumbashi : entre révolte et business

À Lubumbashi, des privés entretiennent des puits mécaniques et manuels en vue de la vente d'eau potable. Ce business

Lire plus...
CENI, Céni, Calendrier électoral, CENI RDC, Processus électoral

Céni RDC: Denis Kadima et ses trois défis

Mardi 26 octobre à Kinshasa, Denis Kadima a officiellement enfilé sa tunique de président de la Céni. Vite fait,

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders