Pénurie de carburant en RDC : la théorie de la crise ukrainienne ne tient pas

In Actualités, Congo profond, Opinions, Politique
Pénurie de carburant en RDC : La crise ukrainienne est un faux argument

Le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, l’a dit mercredi au cours d’une communication devant la presse. La crise ukrainienne expliquerait la pénurie en RDC. Pourtant, les automobilistes plus particulièrement, voient hausser le prix du litre depuis plus d’une année, loin avant la crise ukrainienne.

La crise ukrainienne ne dure à peine que depuis un mois. Difficile de comprendre, dans ce cadre, que le gouvernement de la RDC l’évoque pour motiver sa décision de ne plus subventionner tout litre de carburant payé à la pompe.

La crise ukrainienne est un faux argument

« Tout comprendre de la situation actuelle et des mesures envisagées par le gouvernement pour contenir les conséquences de la guerre en Ukraine », annonçait, mercredi, Patrick Muyaya sur son Twitter.

Selon lui, le Gouvernement prend en charge 40% de chaque litre de carburant acheté par tout Congolais.

En vain, le ministre Didier Budimbu assure travailler avec les pétroliers pour éviter le stocks zero de carburant. A Kinshasa comme à Lubumbashi, la pénurie est en marche. Pour cette dernière ville, elle dure depuis des mois. S’offrir du carburant à la pompe prend plus de temps qu’avant. Puisque plusieurs stations-services ont cessé de vendre depuis plus de six mois, d’autres depuis deux ou trois seulement.

Des hausses de prix de carburant depuis juillet 2021

La Zone Sud-Est, à laquelle appartient Lubumbashi, attend donc un nouveau réajustement. Il devrait porter le litre d’essence à plus de 3000 francs congolais, soit au-delà de 1.5$. Puisque le dernier réajustement de prix a fixé le litre à 2040 francs.

En juillet 2021, le litre d’essence était passé de 1.820 francs congolais (0,91 dollar) à 2.100 francs congolais (1,05 dollar). Le gazole se vendait à 2.260 FC (1,13 dollar) contre 1.920 FC auparavant.

Début novembre, la même année, beaucoup de stations-services avaient arrêté de vendre le carburant. De longues files d’attente s’étaient alors formées durant plusieurs jours autour des rares points de ventes ouverts.

La ville connaissait alors une de ses rares pénurie. L’explication de cette crise, à l’époque, tenait au fait que 19 Societés avaient été frappées par des mesures administratives pour pratiques irrégulières. C’était sur recommandation de l’inspection générale des finances.

Les pétroliers auraient prévenu des risques de rupture de stock

D’après des pétroliers contactés par les médias locaux, le gouvernement devait augmenter le prix par pliers. Trois au total, le dernier devait dépasser les 3000 francs afin que les pétroliers ne travaillent pas à perte. C’est cette hypothèse qui expliquerait que certains, même disposant d’un peu de stock, ont cessé de vendre.

Dans ce cas, tout comme en considérant uniquement la graduation de la crise depuis 2015, la crise ukrainienne paraît bien comme un intru. Puisqu’elle n’explique pas le fait que depuis 2021, dès juillet, Lubumbashi ait commencé à souffrir de pénurie voulue ou réelle.

Récemment, des pétroliers avaient croisé le gouverneur du Haut-Katanga. Ils auraient parlé, entre autres, des risques de rupture de stock.

Lire aussi : Du pétrole dans les parcs de Virunga : des « conséquences irréversibles », préviennent 33 ONG

Depuis le début de cette semaine, même si cela ressemble désormais à un scénario ordinaire, cette éventualité semble plausible. Il n’est pas, toutefois, exclu que la crise ukrainienne ait exacerbé cette pénurie devenue quasiment voulue ou politique. Mais, elle ne saurait justifier très sérieusement l’urgence d’augmenter, une fois encore, le prix de carburant.

CD

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Lubumbashi, Shégués, RDC, crise de maïs

RDC Politique : le nouveau gouvernement Jacques Kyabula investi

Le gouverneur Jacques Kyabula a présenté, ce 10 juillet 2024, son programme pour les 5 années à venir à

Lire plus...
Haut-Katanga

Haut-Katanga : Jacques Kyabula a refait son gouvernement provincial

Après son interpellation à Kinshasa par le ministère de l'intérieur, Jacquemin Shabani (le 1er juillet 2024), le gouverneur du

Lire plus...

Lubumbashi : Kitwa Djombo David, le notaire du changement ?

Du haut de ses 27 ans dans les méandres du notariat de Lubumbashi, Kitwa Djombo David est le notaire

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders