Intolérance politique : le Haut-Katanga devient un bon terrain

In Actualités, CD hebdo, Congo profond
L'intolérance politique

Des actes d’intolérance politique tendent à davantage se produire dans le Haut-Katanga. Et c’est presque toujours les mêmes acteurs. Les plus récents datent d’il y a une semaine, à Kasumbalesa. Des jeunes identifiés comme des militants de l’UDPS ont agressé ceux de Ensemble pour la République, parti de Moïse Katumbi.

C’était au cours d’un meeting de Ensemble. Dans un discours, des propos défavorables à Félix Tshisekedi auraient été prononcés entraînat la colère de ses partisans.

Des dégâts inutiles et évitables

Ceci aurait pourtant passer inaperçu si la tolérance faisaient partie de la culture des acteurs politiques congolais. Mais non. Ce qui ce répercute sur les militants et partisans.

Sur son site, le magazine La Guardia signale 7 personnes blessées lors d’un jet de pierres contre les militants de Ensemble pour la République. Ils s’étaient rassemblés près de la route de Kasumbalesa pour une campagne d’adhésion des membres à ce parti politique membre de l’Union sacrée.

La situation a dégénéré lorsqu’au cours d’une prise de parole, le chargé de l’implantation du parti Ensemble pour la République, Vano Kiboko, a déclaré : « En 2023, Moïse Katumbi, candidat président de la République ».

« Les membres du parti Ensemble pour la République se sont attaqués au Chef de l’État et nous avons réagi », s’est expliqué Tshimanga, coordonnateur de l’association pour le suivi des actions de Felix Tshisekedi, explique La Guardia.

L’intolérance politique menace démocratie

On les sait pourtant, l’intolérance est une menace contre la démocratie. Or, plusieurs partis et acteurs politiques congolais ne supportent que rarement les différences, les oppositions. D’où les affrontements qui deviennent monnaie courante.

Lire aussi : Séparez UDPS des motards en RDC

Réagissant à ce climat tendu à Kasumbalesa, l’ONG de droits humains Justicia signe un communiqué où elle dénonce l’intolérance politique. Par la même occasion, elle invite les autorités du Haut-Katanga à pacifier les rapports entre partis politiques. Elle a également appelé la justice locale à ouvrir une enquête judiciaire, et les victimes dénoncer les auteurs de ces actes d’intolérance.

 

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

RDC: le Pape François appelle à la paix et au pardon

À Kinshasa (RDC) depuis l'après-midi du 31 janvier, le Pape François domine toute l'actualité du pays. Il arrive au

Lire plus...

CENI RDC: Denis Kadima est arrivé à Lubumbashi

La commission électorale de la RDC, la CENI, poursuit l'identification et l’enrôlement des électeurs dans la 2ème aire opérationnelle.

Lire plus...
Rentrée des classes, Enseignant congolais, Année scolaire

Enrôlement en RDC : “Psychologues Sans Frontières” appelle à protéger les élèves

L'Asbl Psychologues Sans Frontière, PSF, lance une alerte en faveur des enfants et vieilles personnes. Elle s'inquiète de leur

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders