M23 terroriste, Rwanda agresseur ? Réponse d’Olivier Kamitatu

In Actualités


Dans un entretien sur la télévision française TV5, Olivier Kamitatu a lancé un pavé dans la marre. Pour lui, Kinshasa ne traite pas en actes le M23 et le Rwanda comme il les qualifie dans les discours.

L’écart entre le discours sur le M23 et le Rwanda, de la part du gouvernement congolais, n’aide la population. Celle-ci, assure-t-il dans cet entretien, « a besoin d’une ligne claire ». 

Un dialogue avec les pays voisin de la RDC 

La question était alors de dire si, selon lui en qualité de porte-parole de Moïse Katumbi, le Rwanda soutient le group rebelle. Kinshasa l’a qualifié de mouvement terroriste. La réponse d’Olivier Kamitatu est un peu détournée. Mais elle reste tenace. 

« Nous avons vu récemment le président Tshisekedi assis à côté du président Paul Kagame. Et ensemble, ils ont signé un communiqué. Je n’ai entendu nulle part le qualificatif de pays agresseur. Je n’ai pas entendu non plus le M23 un groupe terroriste. Il y a comme un symptôme de paranoïa dans notre diplomatie congolaise. D’un côté on crie au loup, de l’autre côté on veut discuter. Il aut qu’il y ait une ligne claire. Et la population a besoin de cette ligne claire. »

Lire aussi | « Rwanda is killing », la guerre congolaise online et la réplique rwandaise

L’ancien président de l’Assemblée nationale congolaise poursuit, insistant sur le dialogue entre la RDC et ses voisins. Et c’est la position de Moïse Katumbi. Ceci tend à clarifier une attitude silencieuse que des internautes ont fustigée.

« Je pense que, en ce qui nous concerne, Moïse Katumbi considère que le pays a besoin que l’armée soit forte. Quelle fasse son travaille. Il faut que la diplomatie engage un vrai dialogue avec tous nos voisins », a déclaré Olivier Kamitatu.

Une armée congolaise mal gérée, mal équipée 

Quant au déploiement d’une force régionale, de l’Afrique de l’Est, le porte-parole de Moïse Katumbi n’hésite pas. La RDC n’a pas besoin d’une armée étrangère. Il faut un nouveau management de l’armée congolaise. 

« Les armées étrangères, ça fait 20 ans qu’elles viennent. Elles viennent, elles repartent. Elles reviennent. Parfois on les invite, parfois on ne les invite pas. La solution est une armée nationale bien équipée, bien encadrée. Moïse Katumbi l’avait dit en 2019 en visitant les camps des déplacés internes à Bunia. Il avait dit : donnons les moyens à l’armée congolaise d’assumer ses fonctions. Parce que nous avons confiance dans notre armée, dans nos officiers », a-t-il rappelé.

Pour lui, l’armée est aujourd’hui mal équipée, mal gérée, mal encadrée. Pourui, alors que le Congo assiste à une montée de sentiments anti Rwandais, un dialogue entre communautés s’impose en RDC.

CD

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Lubumbashi, Shégués, RDC, crise de maïs

RDC Politique : le nouveau gouvernement Jacques Kyabula investi

Le gouverneur Jacques Kyabula a présenté, ce 10 juillet 2024, son programme pour les 5 années à venir à

Lire plus...
Haut-Katanga

Haut-Katanga : Jacques Kyabula a refait son gouvernement provincial

Après son interpellation à Kinshasa par le ministère de l'intérieur, Jacquemin Shabani (le 1er juillet 2024), le gouverneur du

Lire plus...

Lubumbashi : Kitwa Djombo David, le notaire du changement ?

Du haut de ses 27 ans dans les méandres du notariat de Lubumbashi, Kitwa Djombo David est le notaire

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders