Zéro délinquant : un rapport sévère sur les dérapages de la police à Kolwezi

In Congo profond
Zéro délinquant, Kolwezi

Le rapport ne cache pas son intention : établir les responsabilités et que chacun réponse de ses actes. L’affaire de l’intervention musclée de la police de Kolwezi dans la prise des enfants de la rue continue. Dans un rapport publié le 25 août, la société civile Kolwezi tire à boulets rouges sur les autorités du Lualaba. L’opération zéro délinquant devrait s’arrêter.

Ce rapport de 38 pages, 2 chapitres, exige qu’après la police dont des éléments dont face à la justice, les « donneurs de leçons » répondent de leurs actes. L’opération zéro délinquant connu des dérapages.

Fify Masuka en ligne de mire

En ligne de mire, le rapport a la Vice-Gouverneure Fifi Masuka que les auteurs ne ménagent pas. Tout comme sont ministre de l’intérieur, qui a reconnu des bavures policières, la société civile cible la cheffe du Lualaba. 

« Au niveau de l’Autorité Provinciale, il n’existe pas un fondement légal ni règlementaire décrivant l’opération », selon le rapport. Il n’existerait pas non plus de catégories des personnes concernées ainsi que son objectif. « S’agit-il d’une mesure de lutte contre la criminalité ou une mesure d’enrôlement des personnes désœuvrées ? », interrogent les auteurs.

Ils vont jusqu’à qualifier la prise des délinquants de « déportation ».

Lire | Lualaba : témoignages d’anciens enfants creuseurs artisanaux à Kolwezi

« L’ordre donné par Madame le Vice-Gouverneur reste dépourvu de tout fondement légal », indique le rapport. Bien plus, il dénonce « des décisions unilatérales, autoritaires et arbitraires » de la Vice-Gouverneure.

Selon le rapport, cette opération controversée, a ciblé même des enfants qui ne vivaient pas à la rue. Leurs parents les recherchent encore. 

Des mots sévères pour parler des autorités du Lualaba

Les mots retenus contre l’opération zero délinquant dans la  province du Lualaba semblent parfois fort. Elle « relève de l’amateurisme ou de la complaisance qui 

caractérise la longue gestion provisoire de la Province. Cette opération reste une mesure illégale et l’Autorité doit y mettre fin », insiste la société civile.

De cette manière, elle semble hostile au gouvernement provincial actuel. Et dès l’entame, en fixant le contexte du rapport, celui-ci le mentionne clairement. Fifi Masuka y est alors présentée contre engagée dans une violation des droits humains et dans l’arbitraire.

En définitive, la société indique que les autorités peuvent toutefois s’occuper autrement des jeunes sans emploi. 

Il faudrait alors, selon le rapport, « procéder autrement et miser sur un engagement volontaire. La Société Civile du Lualaba comprend qu’il est du devoir des Autorités Provinciales de lutter contre toute forme de délinquance. Mais cela devrait se conformer aux lois du pays et respecter les Droits fondamentaux garantis aux Congolais par la Constitution. »

Des dérapages et violations de la Constitution 

Ce rapport continue à nourrir la controverse à Kolwezi, entre les partisans et adversaires de Fifi Masuka. Assurant l’intérim depuis que son titulaire Richard Muyej n’a plus le droit de rentrer dans sa province, bloqué à Kinshasa, elle assume des pleines fonctions de Gouverneur. Cela n’enchante pas les partisans du gouverneur que certains exigent qu’il retourne à Kolwezi.

Au total, selon les sources officielles, trois personnes ont perdu la vie au cours de ces opérations. Une d’elles avait perdu la vie dans une bagarre. Mais selon le rapport, certains corps observés à la morgue de Mwangeji portaient des trace de torture. Des victimes blessés ont également témoigné contre les services de sécurité.

La commission parlementaire du Lualaba qui a mené elle aussi une enquête conclut à des dérapages. D’après le site Topinfo, le rapport indique que « les arrestations effectuées lors de cette opération sont arbitraires teintées d’une violation flagrante de la constitution. »

Les députés provinciaux annoncent, par ailleurs, une mission à Kanyama Kasese. Objectif : en ramener des responsables de famille ainsi que des écoliers pris pour des délinquants.

CD

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Lubumbashi, Shégués, RDC, crise de maïs

RDC Politique : le nouveau gouvernement Jacques Kyabula investi

Le gouverneur Jacques Kyabula a présenté, ce 10 juillet 2024, son programme pour les 5 années à venir à

Lire plus...
Haut-Katanga

Haut-Katanga : Jacques Kyabula a refait son gouvernement provincial

Après son interpellation à Kinshasa par le ministère de l'intérieur, Jacquemin Shabani (le 1er juillet 2024), le gouverneur du

Lire plus...

Lubumbashi : Kitwa Djombo David, le notaire du changement ?

Du haut de ses 27 ans dans les méandres du notariat de Lubumbashi, Kitwa Djombo David est le notaire

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders