RDC : le prix de la farine de maïs s’emballe encore à Lubumbashi

In Actualités, Congo profond, Politique
Farine de maïs

L’année 2023 est mal partie sur les marchés de Lubumbashi. La  ville connaît une hausse des prix de la plupart des produits dont la farine de maïs. C’est pourtant l’aliment de base localement. La dépréciation du franc congolais face au dollar américain est incriminé, mais pas que. Nous avons fait un tour sur le marché…

Depuis quelques jours sur la ville, un sac de 25kg se vend jusqu’à 35.000 francs congolais (17Usd) ou plus selon le coin. Or, se négociait entre 20 et 26.000 francs congolais (10 à 13Usd) selon la qualité. Subitement, la vie dans plusieurs ménages devient difficile tant ils dépendent de ce produit.

La vérité selon les commerçants

D’après Augustin, vendeur au marché Tshiakwiza, cette hausse provient du point d’importance. En effet, la production locale n’étant pas suffisante, le gros de la farine consommée à Lubumbashi vient de la Zambie. C’est entre autres là, à la source, qu’il y aurait le problème, affirme Augustin.

« Le prix de la farine a augmenté depuis la Zambie. Un sac coûte maintenant entre 12.5 et 13 Usd. A ce prix, il faut ajouter le transport et d’autres frais à payer. Nous dépensons jusqu’à 30.000Fc (15Usd) ou plus par sac. Considérez aussi la hausse de la valeur du dollar [américain] ».

Dans les restaurants, la situation n’est pas au rire. Les tenanciers sont obligés de maintenir leurs prix d’avant mais pas la même quantité de repas. C’est le cas de Dan, restaurateur.

« Dans mon restaurant, explique Dan, une boule de foufou revient toujours à 200Fc (0,1Usd) mais ce n’est plus la même dimension qu’avant ». Mais « les clients ne comprennent pas cela et certains ont arrêté de venir », regrette-t-il.

Et la farine produite par la province ?

Le maïs du Haut-Katanga
Gouv. Kyabula et la farine de sa province. | Ph.: Facebook Jacques Kyabula

Pourtant, il y a quelques années, Lubumbashi reprenait espoir. En 2019 en effet, le gouvernement provincial du Haut-Katanga affichait de grosses ambitions, notamment “devenir autosuffisant en maïs“.

Grâce à la subvention des agriculteurs, les autorités croyaient ainsi booster la production locale et donc impacter sensiblement le taux d’importation. L’autre objectif était de stabiliser le prix de la farine de maïs sur le marché.

Depuis, certains agriculteurs subventionnés produisent et rétrocèdent à la province jusqu’à 30% de leurs récoltes. Ce qui permet à la province d’avoir sa propre réserve. Il prose alors le sac de 25kg à 17.000Fc (8,5Usd).

En 2022 par exemple, les agriculteurs subventionnés ont rétrocédé neuf mille tonnes de maïs au gouvernement provincial. Mais selon certains vendeurs, la farine de la province « demeure peu visible sur le marché ».

Lire aussi : Le maïs, une céréale si politique à Lubumbashi

Ce projet d’autosuffisance alimentaire s’étendra jusqu’à 80.000ha cette année contre 61.000 en 2022. C’est l’annonce du gouverneur Jacques Kyabula faite sur les réseaux sociaux en octobre de l’année dernière.

Par Gloria Mpanga

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

RDC: le Pape François appelle à la paix et au pardon

À Kinshasa (RDC) depuis l'après-midi du 31 janvier, le Pape François domine toute l'actualité du pays. Il arrive au

Lire plus...

CENI RDC: Denis Kadima est arrivé à Lubumbashi

La commission électorale de la RDC, la CENI, poursuit l'identification et l’enrôlement des électeurs dans la 2ème aire opérationnelle.

Lire plus...
Rentrée des classes, Enseignant congolais, Année scolaire

Enrôlement en RDC : “Psychologues Sans Frontières” appelle à protéger les élèves

L'Asbl Psychologues Sans Frontière, PSF, lance une alerte en faveur des enfants et vieilles personnes. Elle s'inquiète de leur

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders