Tanganyika : Les opérateurs économiques en rogne contre les tracasseries à Kalemie

In Actualités, Congo profond, Politique

Aucun commerce n’est ouvert dans la ville de Kalemie, chef-lieu du Tanganyika, depuis le jeudi 15 février. C’est la conséquence de la ville morte déclarée à Kalemie pour exprimer le ras-le-bol des opérateurs économiques locaux. Ils dénoncent le climat des affaires désastreux qu’ils subissent  et les tracasseries au port de Kalemie.

Au troisième jour ce samedi 17 février, la tension n’a pas baissé. Et il en restera ainsi, annoncent les mécontents, tant que la province du Tanganyika ne sera pas revienue sur ses taxes. Selon les opérateurs économiques, il y e aurait une vingtaine des taxes que l province a ajoutées « sans aucune raison ».

Ce qui fâche les opérateurs économiques à Kalemie

Selon les témoignages sur place, tous les commerçants de Bukavu, Uvira ou Goma qui exercent à Kalemie sont surtaxés particulièrement à chaque arrivée au port de Kalemie. « C’est trop et ça doit cesser », insiste un commerçant. La colère monte chez les opérateurs économiques sur qui retombe la pression fiscale tant légale qu’illegale et ils réagissent.

Pour les opérateurs économiques actifs à Kalemie, les coupables sont connus. D’abord l’Office Congolais de Contrôle (OCC) à qui ils reprochent le prélèvement hors-norme des échantillons et l’exigence de payer des cautions illégales. Puis, le bourgmestre de la commune de Lukuga. À celui-ci, ils reprochent l’imposition d’une taxe illégale aux vendeurs des poissons et ce par jour et par commerçant.

Lire aussi : RDC-Economie: la dépréciation du franc congolais agite les prix sur le marché

Jules Mulya qui dirige la FEC/Tanganyika explique qu’il y a à ce jour au moins 27 service au port de Kalemie et chacun avec ses taxes alors qu’on n’en faut que 4 seulement. Cela a accentué le coût de la vie dans la ville, déplore-t-il.

Dans une lettre de mécontentement adressée au maire de Kalemie, la Fédération des entreprises du Congo (FEC) a relevé quelques éléments de son malaise. La FEC a évoqué entre autres le désordre au port de Kalemie, des taxes illégales, un péage sur des routes détériorées, etc.

Par ailleurs, à la suite de la décentralsiation, la loi congolaise réserve aux provinces plusieurs compétences dont celle de prélever des taxes pouvant contribuer à la prise en charge de leurs projets. Cependant, pour le cas du Tanganyika, la crise nait de l’opacité dans la gestion des autorités provinciales et de son manque de collaborations avec les opérateurs économiques, en plus d’une faible culture fiscale de ces derniers.

Par Fidèle Bwirhonde 

*Photo: radiookapi.net

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Entrepreneuriat : clôture de la 2ème édition du programme L-Impact à Lubumbashi

Les rideaux sont tombés sur la 2ème saison du programme « L-Impact ». Il s'agit d'un programme d'incubation dédié

Lire plus...

A qui profite l’exploitation artisanale du bois d’œuvre en RDC ?

L’exploitation artisanale du bois d’œuvre est l’une des activités les plus lucratives en République démocratique du Congo. Une étude

Lire plus...
Félix Tshisekedi, l'état d'urgence

RDC: Félix Tshisekedi et les réformes qu’il n’osera peut-être jamais [Opinion]

Le second mandat de Félix Tsekedi à la tête de la RDC est sa dernière chance de corriger les

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders