RDC : Jacques Kyabula et Daniel Bumba, deux gouverneurs à recadrer ?

In Actualités, Congo profond, Politique
Jacques Kyabula en conférence de presse

Le vice-premier ministre et ministre congolais de l’intérieur est en colère. Peu après la prise officielle de leurs fonctions, Jacquemin Shabani a interdit aux 26 gouverneurs de province de dépasser la limite légale du nombre de ministres provinciaux. Hélas, le ministre de l’intérieur s’est fait surprendre par les gouverneurs Kyabula et Bumba.

En RDC, l’article 23 de la loi n°08/012 portant principes fondamentaux relatifs à la libre administration des provinces est claire. Elle fixe la limite à dix ministres pour chaque gouvernement provincial. Pourtant, des pratiques nouvelles sont apparues depuis quelques années, outrepassant les limites légales.

Kyabula et Bumba, les premiers mauvais élèves ?

En effet, le 26 juin dernier, Daniel Bumba qui gouverne Kinshasa, a publié les dix noms de ses ministres. Par la suite, une nouvelle liste annonçait dix nouveaux noms, cette fois, des commissaires généraux. Ce qui ramenait le total de son équipe à 20 personnes.

Daniel Bumba, Gouverneur de Kinshasa, 2024
Daniel Bumba, Gouverneur de Kinshasa. *Ph: Lisapo Info

Au Haut-Katanga, le lendemain, le gouverneur Jacques Kyabula a procédé de la même façon. Il a publié dix ministres et dix commissaires généraux pour son gouvernement provincial. Ces deux gouverneurs ont-il désobéi aux instructions de leur autorité hiérarchique ? Si oui, ce serait le début de l’anarchie que le ministre de l’intérieur chercherait vite à arrêter.

Lire aussi : Jacques Kyabula élu gouverneur du Haut-Katanga, l’UDPS proteste

Une analyse permettrait de noter qu’un ministre est différent d’un commissaire. Cependant, aucun texte légal ne prévoit l’existence des commissaires dans les gouvernements provinciaux. Si donc aucune loi n’a été violée, seules les instructions du ministre de l’intérieur l’ont été. Et c’est là le problème, probablement.

Un appel rapide à l’ordre pour arrêter l’hémorragie ?

Contre ce qui ressemble à une désobéissance, et pour ne pas laisser du terrain à un “laissez-aller”, Jacquemin Shabani tape sur le poing la table. Dans un télégramme parvenu à la presse et signée le 28 juin 2024, le ministre congolais de l’intérieur appelle à son cabinet les deux gouverneurs, le 1er juillet. En outre, il leur interdit de présenter leurs gouvernements respectifs à leurs parlements provinciaux. En effet, telle est la procédure légale avant l’entrée en fonction de tout gouvernement provincial.

Lire aussi : Jacque Kyabula : “Devenu gouverneur, on cesse d’appartenir à un parti politique”

D’aucuns voient en cette conviction l’occasion de rétablir l’ordre dans le respect des instructions hiérarchiques. Mais dans le document attribué au ministre de l’intérieur, Jacquemin Shabani, il n’est pas fait mention de la formation de deux gouvernements provinciaux. Si des réaménagements sont faits après cette convocation, les soupçons se confirmeront.

Par Fidèle Bwirhonde

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Lubumbashi, Shégués, RDC, crise de maïs

RDC Politique : le nouveau gouvernement Jacques Kyabula investi

Le gouverneur Jacques Kyabula a présenté, ce 10 juillet 2024, son programme pour les 5 années à venir à

Lire plus...
Haut-Katanga

Haut-Katanga : Jacques Kyabula a refait son gouvernement provincial

Après son interpellation à Kinshasa par le ministère de l'intérieur, Jacquemin Shabani (le 1er juillet 2024), le gouverneur du

Lire plus...

Lubumbashi : Kitwa Djombo David, le notaire du changement ?

Du haut de ses 27 ans dans les méandres du notariat de Lubumbashi, Kitwa Djombo David est le notaire

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders