Richard Muyej: « Nous n’avons pas le droit d’échouer »

In Actualités
Richard Muyej, Lualaba, Kolwezi

Lubumbashi a clôturé, samedi 26 mai 2018, la 3e édition du « Katanga Business Meeting » (KBM). Un rendez-vous commercial jalonné des discours parmi lesquels celui du gouverneur de la province du Lualaba. Invité à parler aux jeunes, Richard Muyej a présenté sa province comme un nouvel eldorado.

La présence des mines dans le Lualaba constitue-t-elle réellement un atout? C’est à cela que Richard Muyej est venu répondre.

A la tête du Lualaba depuis novembre 2015, Richard Muyej est patron du cœur minier du Congo-Kinshasa. En effet, les principaux minerais du pays, à l’exemple du cuivre et du cobalt, sont à 75% dans le Lualaba, a-t-il indiqué.

Rappelant le chaos qui régnait dans cette contrée à la prise de ses fonctions, le gouverneur Muyej a noté qu’à « Kolwezi (chef-lieu du Lualaba), les installations (minières) ressemblaient à un champ de ruines ».  Triste souvenir du Zaïre et « de la crise katangais-Kasaïens », en début de la décennie 1990. Et la production minière en avait été aussi affectée.

Muyej ou « la révolution » au Lualaba ? 

Aujourd’hui, un peu moins de trois ans après, Richard Muyej affirme à demi-mot avoir révolutionné la vie de sa province. Cette capitale du cobalt et du cuivre où presque plus rien n’allait avant lui, c’est-à-dire, dans le Katanga d’avant le démembrement.

Lorsqu’il devient gouverneur en 2015, en effet, « il n’y avait pas d’eau, pas d’électricité, pas d’hôpital,… explique Richard Muyej. Mais une forte criminalité dans la capitale mondiale du cobalt, alors que la production avait déjà repris ». Une situation pénible aggravée par des « hommes sans engagement à développer le pays », a commenté un membre de la délégation du gouverneur. Une pique, sans nommer ces hommes, vraisemblablement à l’administration Katumbi, la dernière ayant géré l’ancien Katanga.

Le Lualaba qui s’affiche aujourd’hui comme la nouvelle destination à découvrir, jouit d’une politique ambitionnant de booster le tourisme. Celui est d’ailleurs présenté comme l’autre « pilier du développement » imaginé par le nouvel homme fort du Lualaba.

Un engagement et un combat

Muyej a aussi en tête de révolutionner l’agriculture de la région qui jusqu’ici, dépend des importations de l’Afrique australe. – Lire à ce propos notre article « Katanga: petits agriculteurs, grands producteurs de maïs »–. Une priorité pour le Lualaba qui voudrait se nourrir. Des parcs agricoles s’initient dans les territoires de cette province, selon le gouverneur.

Mais ce n’est pas sans obstacle. « Nous avons senti quelques résistances, mais nous n’avons le droit d’échouer », a souligné le gouverneur du Lualaba. Mais les mines restent incontournables. Leur présence dans le sol de sa province « apparaît comme un atout, avoue-t-il à demi-mot, mais la présence de l’homme s’avère très nécessaire ».

Les mots semblent bien choisis pour Richard Muyej. Ministre de l’intérieur sous le mandat duquel Kinshasa a accéléré le découpage territoiral de la RDC en 26 provinces, le gouverneur du Lualaba n’a pas d’autre choix. Réussir, transformer sa province est déterminant pour lui s’il veut entrer dans l’histoire.

Fidèle Bwirhonde

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Glencore, Cobalt

Production de cobalt : la RDC vise le monopole dans l’artisanat

La RDC entend exercer le monopole sur la production de cobalt. Plus particulièrement, dans le secteur artisanal. C’est ce

Lire plus...
Union sacrée

Kyungu Shimbi : « Le gouvernement Sama peut encore aider F. Tshisekedi à se relever »

En un peu plus de deux ans au pouvoir, Félix Tshisekedi devrait bientôt présenter son deuxième gouvernement. Le Gouvernement

Lire plus...
Mike Hammer

Mike Hammer surexcite les souverainistes de la RDC

C'est une affaire de passion que l'on vit différemment. Mais qui semble susciter des remous. La relation entre l'ambassadeur

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders