Un mur de 20 km pour empêcher la fraude douanière à Kasumbalesa

In Actualités, Congo profond
Fraude douanière, Taxes, Katanga

Un mur de 20 kilomètres, pour empêcher la fraude douanière, à la frontière zambienne, à Kasumbalesa. L’initiative est du gouvernement de la République démocratique du Congo, mais les habitants de cette cité du Haut-Katanga le prennent mal.

L’idée, c’est de lutter contre la fraude douanière, une des plus fortes de la RDC. En 2015, le premier ministre Augustin Matata y suspendait des responsables accusés de corruption.

Kasumbalesa, et la fraude participative

Un mur de 20 km, avec des caméras de surveillant tout le long, pour empêcher la fraude, l’idée déplait. Les premiers sont les intermédiaires de la contrebande douanière. Des camions de sucre, ciment ou farine, sont déchargés et transportés sur des vélos. Les intermédiaires, des sans-emplois, empruntent des sentiers serpentant les champs, chargés de marchandises. Ils passent parfois pour des cultivateurs. D’où l’appellation « bilanga », « champs », en lingala.

Un phénomène redoutable, connu pourtant des responsables de l’administration publique. Mais il ne serait pas plus important que la fraude qui passe par des couloirs officiels, dans les bureaux. Difficile d’évaluer son ampleur malgré son caractère participatif. Mais elle coûterait plusieurs milliers de dollars, privant le trésor de taxes et droits de douane.

Lire aussi “RDC : l’indice de développement humain 2016 en hausse et le contraste.”

Kasumbalesa est le premier poste douanier congolais. C’est la porte d’entrée et de sortie, pour le Katanga riche en cuivre et cobalt, vers l’Afrique australe. Cette cité ramène tout à Lubumbashi, capitale économique de la RDC peuplée de d’environ 2,5 à 6 millions d’habitants.

Des millions pour une lutte contre la fraude

Kasumbalesa aurait pu être un joyau, et le grenier de la région. Seulement qu’une importante fraude douanière y règne. Même des responsables politiques et sécuritaires, à Lubumbashi et à Kinshasa, sont impliqués. L’Etat perdrait chaque année 15 milliards de dollars à cause de la fraude et la corruption. C’est ce qu’a indiqué, en tout cas, en 2016, Luzolo Bambi, le monsieur anti-fraude du président Kabila. Mais pas seulement. Les citoyens ordinaires sont impliqués.

Ce mur de 20 km permettra de « maximiser les recettes en réduisant la contrebande ». C’est ce qu’a assuré, sans montrer comment, Gaylord Yav Sony, responsable de planification à Katanga Solbric, société chargée de bâtir ce mur à Kasumbalesa. Il profiterait même aux paysans par qui, selon la Ligue contre la corruption (Licof), passeraient 60% de produits d’importation.

Mais étonnamment, rien n’est dit sur le financement de ce mur, son coût que d’aucuns évaluent à plusieurs millions de dollars.

Un mur un peu risqué

Lutter contre la fraude douanière en construisant des murs, l’idée est surprenante, en revanche. A ce rythme, on devrait murer toutes les frontières terrestres de la RDC avec ses 9 voisins. Car à tous les postes frontaliers, on décrie fraude et corruption.

Le problème qui se pose c’est plutôt la corruption qui gangrène les services publics. Rien ne rassure que des murs, même hauts de dizaines de mètres, arriveront à bout de la corruption. Car, le cas de Mahagi dans l’Ituri, l’Etat perd mensuellement jusqu’à 21 millions de dollars, parce que des pétroliers passent sans payer.

Un mur à la frontière peut facilement passer de barrière économique à des barrières sociales et culturelles. Bien plus, quand on considère que des communautés, encore unies à ce jour, transcendent les frontières administratives entre la RDC et la Zambie. C’est le cas de Babemba que l’on trouve dans les deux pays. Un mur viendrait à couper les contacts et donc, à affaiblir les liens.

CD

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Jean-Marc Kabund

Démission de Jean-Marc Kabund : le compte Twitter compromis?

Vous avez sûrement entendu parler de la démission de Jean-Marc Kabund du poste de premier vice-président de l'Assemblée nationale

Lire plus...
Haut-Katanga, cas suspects de Covid-19

Haut-Katanga : Accusée de détournement, l’assemblée provinciale s’explique

Au Haut-Katanga, le gouvernement provincial déclare avoir payé un 13è mois de salaire, fin 2021. Une faveur accordée aux

Lire plus...
Tech4Mining

« Tech4Mining », opportunité pour les Startups et PME du Katanga (Challenge !)

C’est un challenge que lancent le Ministère congolais du Numérique, la Coopération Allemande (GIZ) et Kinshasa Digital. Le programme

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders