Artemisia : controversée, mais curative…

In Environnement
Artémisia anua

Longtemps considérée comme possédant des vertus contre le paludisme, l’ artémisia ne finit toujours pas d’agiter la communauté scientifique. Avec la pandémie de Covid-19, des controverses sont montées d’un cran. Pour le Docteur Jérôme Munyangi par exemple, le covid-organics, décoction à base d’artémisia, est une solution contre la maladie et que celle-ci obtient de bons résultats.

Controversée, mais efficace, l’ artémisia clive les scientifiques de la médecine. Cette plante, originaire de l’Asie, a du succès depuis des lustres; notamment dans la médecine Chinoise. Au monde, 400 espèces de la plante poussent. Artemisia annua, également appelée Armoise annuelle est l’espèce la plus considérée.

Artemisia, plante aux pouvoirs curatifs intenses

C’est donc de cette espèce que l’on produit extraits notamment l’artémisine, l’hydroxydecoumarine. Ces deux principes sont actifs contre le paludisme.

Aussi, ses fleurs contiennent les alcools sesquiterpéniques, les lactones sesquiterpéniques, et les acides sesquiterpéniques qui sont également des principes actifs intéressants contre plusieurs maladies.

Elle est également riche en Flavonoïde, polyines, stérols, coumarines et triterpènes. Tous des principes aux solutions miraculeuses.

Après avoir démontré son efficacité sur le paludisme, cette plante est également utilisée pour traiter des personnes atteintes de Bilharziose. Cette maladie que cause le fer intestinal est présente en zone tropicale ou subtropicale. Elle provoque une grande fatigue, des diarrhées, de la toux et parfois des lésions du système nerveux central.

Elle influe aussi sur les insolations, les maux de tête et la fièvre. Ses principes actifs permettent de stimuler l’immunité du corps humain. Elle peut aider l’organisme à se renforcer, et à se montrer plus résistant face aux maladies et allergies saisonnières.

Artemisia anua Lubumbashi
Séchage de l’artémisia après récolte, à Lubumbashi. Photo Judith Kalanga.

L’ Artémisia au temps de covid-19

A l’arrivée de la covid-19, le débat sur l’efficacité de ce précieux sésame a pris une autre tournure. C’est surtout à la suite de l’annonce de plusieurs gouvernements africains exprimant un intérêt pour le remède Malgache Covid-organics. Remède que le docteur Jérôme Munyangi a mis au point.

En effet, défendant mordicus les vertus antivirales que contiendrait l’artémisia, le docteur Munyangi voit dans le covid-organics un début de solution contre le covid. Ça serait en attente d’études cliniques approfondies.

Lire | Dr Munyangi : « Artemisia n’a jamais tué »

Originaire de la RDC, Jérôme Munyangi est un vieux passionné de l’artémisia. Après son diplôme de médecine à Kinshasa, il arrive en France en 2014 par le biais de la fondation Bettencourt. Il y obtient un master à l’Université Paris Diderot. Puis un autre à l’Université d’Ottawa.

Également membre de la Maison France Artemisia, il fait ses premières expérimentations avec la plante au laboratoire de Biologie moléculaire du Campus d’Orsay.

957 malades guéris

En 2015, il quitte ses éprouvettes en France pour la RDC, précisément au maniema où il mène son premier essai clinique. L’idée est de mesurer l’efficacité de l’artémisia contre le paludisme.

957 malades participent à la recherche en consommant la tisane. les résultats sont plus que satisfaisants. D’ailleurs ils seraient même plus efficaces que ceux des médicaments conventionnels.

Mais c’est le 27 mai 2020 que Jérôme Munyangi est devenu une personnalité choyée. À cette date, accompagné du conseiller spécial de Félix Tshisekedi chargé de la task force de lutte contre le covid-19, Roger Kamba, part en mission officielle pour Brazzaville où se trouve le siège régional de l’OMS.

Déjà le covid-19 fait ses ravages à travers le monde. Sa tisane à base l’artémisia alimente aussi le débat international. À Brazzaville, Munyangi est donc invité à égrainer ses arguments pour prouver l’efficacité du protocole Artemisia contre le covid-19, Et la collaboration avec l’OMS sur les essais cliniques.

Toute Artemisia n’as pas l’artémisine

Une collaboration qui, visiblement, n’est jamais actée. L’OMS n’aprouvant pas encore l’utilisation du matériel végétal l’artémisia, Ça serait par prudence. Elle soutient que toutes les plantes l’artémisia annua ne contiendraient pas l’artémisine. Et que dans certains endroits, en donc fonction de la qualité du sol et des précipitations, la teneur pourrait être faible.

En attendant un probable soutien pour un essai clinique à base l’artémisia, le docteur Munyangi est actuellement membre de l’OMS chargé de recherches sur les maladies tropicales. Et la plante ouvre des pistes de recherches intéressantes.

Mais en l’absence de données robustes ou d’études à plus long terme avec des doses contrôlées d’extraits l’artémisia annua, elle ne semble pas pour le moment constituer un traitement efficace contre le covid-19.

Willy Mbuyu

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Artémisia anua

RDC: une industrie verte pour sauver son économie ?

Penser à une industrie verte en RDC Devient de plus en plus indispensable. Surtout que le débat sur le

Lire plus...
Ecofoot Katumbi, stade TP Mazembe

Linafoot : Le championnat ne démarrera pas à la date indiquée

La commission de gestion de la Linafoot (Ligue Nationale de football) a décidé de renvoyer le démarrage de son

Lire plus...
Mines, Code minier, Développement durable, Cobalt

Mines artisanales en RDC: les mineurs en danger permanent

Lorsqu'ils s'engouffrent dans les galeries pour découvrir les filons, les travailleurs des mines artisanales congolais risquent énormément leur vie.

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders