Le pillage du bois rouge a repris dans le Haut-Katanga

In Environnement
Bois rouge (Mukula)

Dans le Haut-Katanga, en territoire de Kasenga, le pillage du bois rouge continue. Et ce en dépit d’un document de l’autorité provinciale en charge de l’environnement interdisant l’exploitation de cette essence végétale.

C’est ce que rapporte le communiqué de presse n°6 du diocèse de Kilwa-kasenga. Monseigneur Fulgence Muteba l’a signé lui-même. Ce communiqué alerte sur l’exploitation illicite du bois rouge qui se serait même intensifiée.

Un pillage transnational du bois rouge Congolais

C’est surtout à voir de grands camions, dont certains sont immatriculés en Tanzanie, transportant des grumes du bois rouge. Et ce dans les villages Boa, Kasomeno, Ngongo. Aussi à l’intérieur de Sapwe vers la Luapula, indique toujours ce communiqué.

Lire | Haut-Katanga : les forêts communautaires pour sauver le bois rouge de l’extinction ?

Ce dernier présente par ailleurs Kabongo comme faisant partie des contrebandiers qui alimentent l’exploitation illicite du bois rouge. A propos, Il aurait, selon le communiqué du diocèse Kilwa-kasenga, la réputation d’être écocide de cette essence précieuse dans la région.

Son homme de main est un pasteur sans aucune autre identité. Celui-ci, selon le communiqué, a la charge d’évacuer le bois rouge vers des endroits plus accessibles aux grands camions.

Des chefs coutumiers dans le traffic illicite

Par ailleurs, Monseigneur Fulgence Muteba signale que les contrebandiers soudoient quelques chefs coutumiers pour l’exploitation du bois rouge.

L’ Évêque de Kilwa-Kasenga parle également des jeunes villageois qui participent à l’évacuation vers la ville de Lubumbashi des cargaisons entières du célèbre produit ligneux de la forêt de Miombo. Destination, le marché Chinois dont l’appétit pour le bois rouge Congolais ne cesse de monter.

Mais pour y arriver, ces jeunes prétextent ramasser des grumes coupées jadis. Alors que les conditions de coupe étaient déjà illégales, et violaient le code forestier Congolais.

Un ramassage donc frauduleux qu’a par ailleurs interdit le gouvernement du Haut-Katanga. Et plus largement encore les autorités nationales de la RDC.

« Pillage éhonté »

Seulement, sur ce point, Fulgence Muteba constate que ce pillage déguisé n’attire point l’attention des autorités compétentes. Moins encore des services de sécurité.

Conséquence, des camions chargés franchissent les barrières de sécurité. Y compris la douane de Kasumbalesa. Situation qui a tendance à confirmer la Corruption d’agents de sécurité. Lesquels faciliteraient aussi l’évacuation illicite du bois rouge.

Surtout qu’« un produit ligneux prélevé illégalement, et anarchiquement sur la forêt appartenant à la nation Congolaise ne peut, sans aucun prétexte, revenir à l’auteur délicieux», explique Fulgence Muteba. Qui, dans le cas du Haut-Katanga, voit donc un pillage éhonté.

Willy Mbuyu

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Terrorisme à Beni

Du terrorisme à Beni: la thèse avance de plus en plus

Du terrorisme à Beni, et internationale, en plus. L'idée fait son bon nombre de chemin dans l'Est de la

Lire plus...
Fardc, bastion des ADF

Triste année 2020 pour Beni

L'année 2020 s'est achevée dans les larmes, dans le territoire de Beni, dans le Sud-Kivu. Entre 17 et 22

Lire plus...
Le RAM (Registre des appareils mobiles)

Le RAM toujours incompris en RDC

La taxe sur les téléphone, connue depuis peu sou l'appelant RAM, devrait rapporter quelques 533,5 millions de dollars à

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders