Plus de 25000 associations en RDC : une loi avant la répression ?

In Actualités, Politique
Passeport, Diaspora congolaise, Partis politiques

La RDC compterait à ce jour plus de 26.073 associations de droit congolais et étranger reconnues. Plus que trop, si l’on considère que l’essentiel se concentre dans les grandes villes : Kinshasa, Goma, Lubumbashi. Mais faut-il y voir une source de problème, mieux de désordre dans un Congo en crise d’alternance de pouvoir politique ? Le ministre de la justice, initiateur d’un projet de révision de la loi de 2001, ne cache pas qu’il veut mettre l’ordre dans la boîte.

D’après Alexis Thambwe, la RDC compte plus de 14.000 ASBL non confessionnelles. Mais aussi 300 établissements et plus de 11.000 églises de droit congolais. C’est sans oublier 1073 autres associations de droit étranger.

Une prolifération qui dérange dans un contexte difficile

Lundi 31 octobre, Alexis Thambwe présentait à l’assemblée nationale, un projet en révision de la loi de 2001 sur les associations. Leur nombre serait « à la base de multiples problèmes en RDC », écrit Radio Okapi. Il n’a donc pas caché sa motivation. Cette réforme est censée « lutter contre la prolifération des ABSL en RDC ».

La loi à réviser, par exemple, porte une disposition que le ministre ne trouve pas normale. Elle fait obligation d’attribuer automatiquement, reconnaissance juridique à une association qui en a fait la demande. C’est en cas de silence du ministre, six mois après la demande. C’est la raisons même de la prolifération et ses corolaires. Il cite, à propos, « des églises dont les promoteurs sont incapables d’interpréter la Bible ».

Seulement, le ministre ne dit pas qu’il a en ligne de mire, les associations qui parlent de politique. Le régime les trouve à la solde de l’étranger, alors dénonçant l’impérialisme. Certains députés l’ont bien compris et dénoncent une tentative d’atteinte à la liberté d’associations. Un droit consacré par la Constitution de la RDC et depuis 2015, au cœur des controverses.

Lire aussi : “Ridicule censure à l’ère du numérique en RDC

Lucha et Filimbi, font peur en RDC

Les associations, notamment Filimbi et Lucha, mais aussi des ONG nationales, constituent une source d’inquiétude pour le en RDC. Une étude de l’Ifri les a même présentés comme une inconnue, pour le pouvoir, capable d’une grande mobilisation pour la rue. « Le changement viendra (peut-être) de la rue », ont observé des analystes.

Et, alors que les politiques se compromettent, par des jeux de trahisons, une des forces capables de mobiliser, c’est Lucha (lutte pour le changement)  et Filimbi notamment. Mais un bémol, tout de même, ils semblent eux aussi érodés, incapables de supporter des morts qui suivent les actions de rue. Le régime Kabila semble ainsi préparer le terrain, pour facilement s’en prendre à des associations. Il peut aussi empêcher l’existence d’autres avant même d’être reconnues.

En clair, il faut craindre qu’une telle loi, en contexte de contestation du pouvoir du président Kabila, hors mandat depuis 2016, ne renforce le système répressif.

Kinshasa rattrapé par son laxisme

Mardi à Kinshasa, à l’assemblée nationale, le député Oswald Mukingi tenait pour fautif, dans le désordre créé par les associations. C’est la conséquence d’une absence de mise en œuvre de la loi par le gouvernement, selon lui. Alors que près de 64% de congolais visent sans emplois, la débrouille est devenue la règle de survie. C’est ainsi que naissent des associations, parfois fictives et mal ordonnées, un peu partout dans les grandes villes.

Le Burundi du président Pierre Nkurunziza, a entamé une démarche similaire. L’assemblée a voté une loi qui renforce le contrôle des ONG internationales notamment, en 2016. Elle leur fait obligation de déclarer la source de leurs financements ainsi que leurs projets. Le gouvernement congolais, par exemple, se montre de plus en plus hostile aux critiques d’ONG. Il a refusé de renouveler des visas des défenseurs de droits humains et des journalistes, en 2017.

Didier Makal

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Concours de Plans d’Affaires (COPA): le dépôt des candidatures est ouvert

Le Concours de Plans d’Affaires (COPA) a ouvert le dépôt des candidatures. aux petite moyennes entreprises ou industrie

Lire plus...
Terrorisme à Beni

Du terrorisme à Beni: la thèse avance de plus en plus

Du terrorisme à Beni, et internationale, en plus. L'idée fait son bon nombre de chemin dans l'Est de la

Lire plus...
Fardc, bastion des ADF

Triste année 2020 pour Beni

L'année 2020 s'est achevée dans les larmes, dans le territoire de Beni, dans le Sud-Kivu. Entre 17 et 22

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders