Fraudes fiscales : Kasumbalesa, la porte du mal douanier en RDC?

In Actualités, Congo profond
Camion sur une route du Haut Katanga

Sanctionner des hommes d’affaires aussi puissants que les pétroliers n’est pas de coutume en RDC. Cette fois, c’est arrivé. Dix-neuf (19) entreprises des personnalités bien connues sont sur la sellette. Le ministre vient de les sanctionner pour fraude. Et c’est le poste douanier de Kasumbalesa, à la frontière zambienne, qui aurait vu se produire le mal.

Plusieurs études montrent que la RDC perd des milliards de dollars américains par la fraude sous toutes ses formes. Un ancien conseiller de Joseph Kabila l’a chiffrée, la fraude, à 15 milliards. Mais la réalité, selon la société civile, serait plus grave encore. La passiveté des gouvernants et la complaisance de la justice profitent à ce système qui appauvrit la république. Et ces sanctions risquent de n’être que qu’un feu de pailles, hélas.

Le poste douanier de Kasumbalesa ou la porte du mal

Depuis des années, le système dit « bilanga » profite aux commerçants malhonnêtes : petits et grands. Ils échappent, par des transports assurés par des manutentionnaires, aux taxes douanières. « C’est parce que l’argent payé à nos douanes ne sert à rien qui soit visible. Rien de bénéfique pour tout le pays », explique Mudimbi, importateur des matériaux de construction.

Une pratique prospère pour les hommes d’affaire mais nocif pour l’économie national. Même si c’est bien une toute petite part de la fraude fiscale qui saigne la RDC. Mais enfin, le ministre des finances, Nicolas Kazadi, a décidé de l’attaquer en collaboration avec l’inspection générale des finances et les sanctions sont tombées.

Des gros poissons pris dans le filet

Dans un message lapidaire sur Tweeter, le ministère de finances a annoncé que « Le Ministre a enjoint au Dg de la DGDA de suspendre tous les responsables douaniers du Haut-Katanga dans l’immédiat pour leur implication dans la fraude et la contrebande dans le secteur pétrolier ». Fraude et contrebande, les mots sont lâchés, mais le mal est aussi déjà fait. Maintenant, place à l’enquête.

En mai dernier, indique deskeco.cd, le ministre des hydrocarbures avait prévenu d’un audit qu’allait subir le secteur pétrolier. C’est probablement à la suite qu’arrivent les sanctions. En effet, l’inspecteur général des finances, Jules Alingeti, venait d’effectuer une descente à la Kasumbalesa pour un audit.

Le constat révèle que la RDC, rien que pour cette fois, a perdu 286 000 m3 impliquant une valeur de 54 500 000 $. D’où les sanctions immédiates qui ont suivi. Dix-neuf fournisseurs  des produits pétroliers ne peuvent plus importer sur le sol congolais, a décidé à Didier Budimbu, ministre des hydrocarbures.

Lire aussi| Un mur de 20 km pour empêcher la fraude douanière à Kasumbalesa

Il leur est reproché notamment des déclarations mensongères tendant à sous-estimer leurs marchandises à la frontière pour payer moins. Dès lors, leurs autorisations d’importations sont suspendues autant que leur contrat de distribution. Mais les sanctions étant encore conservatoires, les sociétés concernées jouissent de la latitude de s’acquitter des taxes détournées jusqu’au 20 octobre 2021.

A quoi peut-on s’attendre par la suite ? En tout pas au changement du vieux système. Le mal est encore là. La crainte des consommateurs serait qu’il y ait entre-temps pénurie de carburant notamment à Lubumbashi dans les prochains jours.

Fièdele Bwirhonde

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Redevance minière

Lubumbashi : une pluie détruit des bâtiments à la Ruashi

La cathédrale notre Dame des Pauvres de la Ruashi, a perdu une partie considérable de sa toiture. Et ce,

Lire plus...

Forage des puits à Lubumbashi : entre révolte et business

À Lubumbashi, des privés entretiennent des puits mécaniques et manuels en vue de la vente d'eau potable. Ce business

Lire plus...
CENI, Céni, Calendrier électoral, CENI RDC, Processus électoral

Céni RDC: Denis Kadima et ses trois défis

Mardi 26 octobre à Kinshasa, Denis Kadima a officiellement enfilé sa tunique de président de la Céni. Vite fait,

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders