Marche du 31 juillet : la police retient 5 personnes à Lubumbashi

In Actualités, Politique
Police RDC, Lubumbashi

Cinq personnes sont restées à la police, le 31 juillet à Lubumbashi, sur les 10 arrêtées. C’était au cours d’une marche exigeant la CENI d’organiser les élections en 2017 en RDC.

La police a libéré 5 personnes, avec l’aide de défenseurs des droits humains. Jusqu’à 19 heures, 5 autres sont restées au cachot du parquet près le Tribunal de grande instance de Lubumbashi. « La police menace de les transférer à la prison de Kasapa », indique Alain Aslan, communicateur au sein du mouvement citoyen Lucha (Lutte pour le changement), organisateur de la marche.

La police évoque « une marche non-autorisée »

Aucune charge n’a été retenue contre ces personnes détenues, expliquent les participants à la marche. « Un chef de la police (un colonel) envoyé nous arrêter, a dit qu’il s’agit d’une marche non autorisée », explique Donat Mpiana de l’ONG Action contre l’impunité et pour les droits de l’homme (ACIDH). « Cela ne se comprend pas et c’est une violation de la Constitution qui demande simplement d’informer et non une autorisation », s’indigne le défenseur des droits de l’homme.

Parmi les personnes qui n’ont pas été libérées, un conducteur de taxi et un passant, « qui n’avaient rien à voir avec la marche », explique la Lucha. Mais aussi le défenseur de droits humains, l’avocat Timothée Mbuya, et le journaliste Tshibwabwa de Kasumbalesa, ville congolaise située à frontalière zambienne.

Des arrestations brutales à Lubumbashi

L’activiste de l’ACIDH dénonce des arrestations brutales et le passage à tabac des manifestants.

« La marche était pacifique. Elle devait partir de la chapelle (catholique) Regina Mundi jusqu’au siège de la CENI, sans occuper toute la chaussée. Personnellement, j’ai été tabassé, j’ai perdu de l’argent et mon téléphone. J’ai réussi au moins à m’échapper de la camionnette de policiers. Les policiers ont déchiré ma chemise », explique Donat Mpiana.

La marche du 31 juillet 2017 à Lubumbashi avait pour objectif d’appeler la CENI à publier le calendrier des élections et de les organiser avant la fin de l’année 2017. Le même jour, d’autres manifestations ont eu lieu à Goma, où journalistes et manifestants ont été interpellés par la police, avant d’être relâchés.

CD

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Jeunesse

Formation militaire obligatoire : les réactions des Congolais

Le ministère de la jeunesse a élaboré un projet de loi qui impose une formation militaire à tout jeune

Lire plus...
Mobutu Sese Seko

Mobutu Sese Seko : une histoire s’efface dans l’Équateur

Dans une végétation rebelle de Gbadolite, se meurent de majestueux palais de Mobutu Sese Seko. C'est une histoire du

Lire plus...
Elections, Lubumbashi, G7

Réformes électorales en RDC : un dialogue de trop?

Il y a encore du temps pour tenir les élections en RDC, mais déjà les tractations ont commencé. Au

Lire plus...

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders