Intox! Pas de défense ayant consisté en une séance de danse à l’Unilu

In Actualités

« C’est une intox »! C’est ainsi que réagit Boniface Ruku, assistant à l’Unilu. Il est aussi secrétaire de Département des SIC (Sciences de l’information et de la communication) chargé de la recherche.

C’est l’histoire d’une défense de le mémoire de licence filmée en quelques secondes, qui se révèle bien de l’ intox. Une séquence de vidéo, tournée dans une salle de classe de la faculté des Lettres. On y voit un étudiant danser devant un homme assis en face.

De la danse en classe : intox ?

Filmé de dos, ce dernier est un membre du jury chargé d’examiner un mémoire de licence en Arts du spectacle, une filière de la communication à l’Université de Lubumbashi.

L’homme visible du dos est le Chef de Travaux Alain Mukadi. Congo Durable l’a rencontré le vendredi 20 novembre. Il assure que la séquence est sortie de son contexte. 

L’étudiant en question, Banza Kasongo John, a travaillé sur la musique et la danse. Son mémoire est ainsi intitulé : « L’expression des moeurs et leurs communications dans la musique traditionnellement Luba ». Le jury, indique le membre du jury contacté par CD, a demandé à l’impétrant d’expliquer dans quelle mesure la danse a une incidence (parle à/au) sur le public qui y assiste ou participe.

« C’est dans ce cadre que l’étudiant a dansé pour illustrer son propre devant le jury », explique le Chef de Travaux Mukadi.

Version confirmée par le secrétaire du département, Boniface Ruku qui dit son indignation de voir les gens détourner le sens d’une vidéo. « Il s’agit d’un mémoire en Arts du spectacle. Et la danse relève bien du spectacle. Il n’a jamais été question d’une danse à la place d’une défense du mémoire produit par l’étudiant et examiné par un jury dûment constitué », assure-t-il. 

Une vidéo détournée

Mais sur les réseaux sociaux, sur WhatsApp notamment, la vidéo continue de susciter l’indignation de certaines personnes. Malgré les appels à la présidence de ceux qui estiment que la vidéo pourrait avoir été détournée. 

Et c’est bien le cas. Et les réseaux sociaux savent malheureusement induire beaucoup de gens en erreur. Beaucoup partagent des contenus audiovisuels sans en lire des légendes. À la fin, on se trouve avec des histoires bien différentes de celles dont des séquences ont été tirées au départ. 

Quand une image est trop bonne, il vaut mieux y opposer un doute. Cette prudence permet d’éviter de donner une critique i n’aurait pas dû avoir lieu.

CD

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

RDC : la covid-19 enfonce les exportations minières

En 2020, la RDC a exporté 38.816 tonnes de cobalt et 789.793 tonnes de cuivre. Des exportations minières en

Lire plus...
Françoise Kat Kambol

Unilu: Françoise Kat Kambol obtient son doctorat en sociologie

La Cheffe de Travaux Françoise Kat Kambol vient d'obtenir son doctorat en sociologie à l'Université de Lubumbashi. Jeudi 19

Lire plus...

UCOFEM en Campagne contre la Corruption en RDC

L' Union Congolaise des Femmes des Médias s'engage à lutter contre la Corruption en RDC. Dans cette optique, l'UCOFEM

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders