FARDC, nouvelle “passion” des Congolais

In Actualités

Les opérations des FARDC contre le M23 qui a repris ses activités militaires dans le Nord Kivu ont suscité un regain d’appui de nombreux Congolais. Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo symbolisent, depuis cet événement, le point d’ancrage d’une expression populaire de l’attachement à la nation congolaise.

L’événement a été célébré dans plusieurs villes du pays : Kinshasa, Goma, Lubumbashi. Des organisations des jeunes, de la société civile, ainsi que des organisations politiques ou encore de l’administration publique, n’y ont pas échappé.

Pour les FARDC

Le moment inspire une renaissance du patriotisme congolais. Et, politiquement ou socialement, cela mérite l’attention des organisations de la société civile. Ce samedi 30 juillet 2022, Habari RDC a animé un débat sur le sens à donner à cet engagement, sans tomber dans la haine.

« Guerre contre le M23: célébrer le patriotisme congolais sans verser dans la haine » est le thème de ce débat. Puisque, comme l’a annoncé Fidèle Bwirhonde lors de cette conférence débat à Lubumbashi, certains ont plongé dans les amalgames.

Lire |RDC : pour le départ de la Monusco, beaucoup d’appels à une démarche pacifique

Pour dire leur colère contre le M23 ou encore le Rwanda accusé de les soutenir, certains Congolais s’en sont pris aux Rwandais ou aux personnes soupçonnées de venir du Rwanda.

« Le peuple congolais n’a pas de conflit avec le peuple rwandais. Le problème vient de la politique entre les deux pays », a soutenu Jeff Mbiya, journaliste, invité à cette conférence.

Pour lui, il faut davantage de réforme pour soutenir l’élan de patriotisme qui naît, pour capitaliser les chances de restaurer la paix. Cela, selon lui, implique la mise en oeuvre des réformes envisagées depuis longtemps.

La crise du M23 et les amalgames

Quand au sursaut de patriotisme ambiant en RDC, la population en a assez de subir les menaces des groupes armés. Et le M23 se présente comme un des plus inquiétants groupes actifs sur le territoire. D’où, selon Valérie, un autre invité à cette conférence débat, l’appui massif aux FARDC qui ont par le passé défait ce groupe armé. « Aujourd’hui,il y a un changement, une réorganisation qui commence à se faire sentir. Ceci implique que la population apporte son soutien aux forces armées de la République », explique-t-il.

A travers ce débat, Habari RDC a voulu lancer une réflexion et un débat sur l’orientation à donner à ce sursaut de patriotisme congolais. La question majeure est alors : Quelle orientation lui donner, au niveau social et sociopolitique sans verser dans la violence symbole ou réelle ou basée sur l’ethnicisme ?

Pour Habari RDC, à travers ce débat, il s’agit de sensibiliser les leaders des associations à renforcer la cohésion sociale. Et, à partir de là, inviter les citoyens à poser des actions qui renforcent le patriotisme comme cela apparaît à travers les soutiens populaires aux FARDC.

Les interventions au cours de cet échange ont tourné autour de l’engagement des Congolais. Beaucoup ont soutenu que l’appui populaire a toujours existé. Le fait nouveau, selon un d’eux, c’est qu’aujourd’hui l’appui aux FARDC témoigne d’une maturation de l’appui populaire.

Pour Jeef Mbiya, depuis un temps, l’armée organise les services des relations publiques. A travers eux, l’armée s’est rapprochée de plus en plus de sa population. Ce qui, selon Jeef Mbiya, contribue à améliorer l’appréciation de l’armée au sein de la population congolaise.

Ce qui reste à faire, selon les recommandations des participants, c’est d’agir de sorte à ce que la paix règne dans chacun de nos actes.

Alors, comment éviter la haine tout en célébrant son patriotisme ?

Beaucoup ont évoqué la nécessité de promouvoir le discours fédérateur. Puisqu’en réalité, les congolais entre elles n’ont pas de problèmes majeurs qui puissent attiser la haine.

Le danger, selon Valérie, c’est que dans l’Est de la RDC, les groupes armés ont tendance à s’attacher à des ethnies. Ils prétendent les défendre. Et cela suscite la méfiance, voire la haine de l’étranger. Or, à ce niveau, les manifestations sont importantes. Elles ont des visées politiques, voire économiques.

Le plus important, c’est de dépasser les luttes et discours fondés sur l’ethnicité. Par ailleurs, le rôle du gouvernement est nécessaire en vue de renforcer la cohésion au sein de la population. Il s’agira, par exemple, de décourager des discours comme la nationalité congolaise authentique.

CD

 

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Œuvre d'art sur Monusco

 « Funga ritsho », ou la passivité de la Monusco en RDC

« Funga ritsho », pour « ferme l’œil », en kiswahili (de Lubumbashi), est une œuvre urbaine peu ordinaire.

Lire plus...
Butembo, Entrée Prison de Kakwangura

Nord-Kivu : Assaut rebelle sur la prison centrale de Butembo

Autour de la prison de Butembo, des détonations d’armes ont perturbé le sommeil de la population, la nuit du

Lire plus...
Jean-Marc Kabund devant un groupe d'élèves à l'assemblée nationale - RDC

Kabund à Makala : 2 erreurs qu’on pouvait éviter

La justice a placé Jean-Marc Kabund, récemment passé dans l'opposition, sous mandat d'arrêt provisoire. Ce mardi, l'ancien vice-président et

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders