Passeport: Congo n’est pas à vendre veut la transparence

In Actualités
Passeport

En RDC , Le collectif Congo n’est pas à vendre demande plus de transparence dans l’octroi du passeport. Il l’a fait savoir dans sa correspondance du 16 Novembre 2020.

Cette démarche du collectif intervient quelques jours après la baisse du prix de passeport en RDC. Alors qu’il se négociait entre 185 et 250 USD, le passeport biométrique se vend désormais à 99 USD.

Plus de transparence

Toujours dans ce sens, la position de Congo n’est pas à vendre semble s’inscrire dans une logique de rupture d’avec l’opacité longtemps décriée dans le processus d’obtention du passeport.

Laquelle opacité aurait finalement poussé l’administration Félix à mettre fin au contrat qui liait SEMLEX et l’État Congolais. SEMLEX étant une firme Belge productrice de passeports.

C’était alors après des mois de revendications qu’avaient menées de nombreux citoyens congolais. Ainsi que beaucoup d’organisations nationales et internationales à travers la campagne « Congo n’est pas à vendre».

C’est précisément cette structure qui, à l’ère de la reprise de production de passeports en RDC, demande au gouvernement de rendre publiques toutes les informations portant sur le passeport.

Le prix fixé à 99$, mais…

Et en même temps d’assurer les congolais que les 99 USD du prix de passeport puissent inclure tous les frais. Y compris ceux dits connexes.

Parallèlement, Congo n’est pas à vendre demande la publication de la procédure d’octroi du marché public.

Aussi l’identification, et la propriété réelle du bénéficiaire de ce contrat. Enfin la mise en place d’une procédure transparente pour l’octroi du contrat définitif.

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Corruption, Cobalt, Redevance minière

Redevance minière : la gestion des ETD ne rassure guère

Six organisations de la société civile demandent au gouvernement de la RDC de réagir pour éviter la Corruption et

Lire plus...

Intox! Pas de défense ayant consisté en une séance de danse à l’Unilu

« C'est une intox »! C'est ainsi que réagit Boniface Ruku, assistant à l'Unilu. Il est aussi secrétaire de

Lire plus...

UCOFEM sensibilise les journalistes contre la corruption à Lubumbashi

Les journalistes peuvent jouer un rôle important, par leur rôle éducatif, contre la corruption. Seulement beaucoup restent aphones sur

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders