Lutuku, l’alcool artisanal criminalisé en RDC

In Environnement

Le 15 juillet 2022, la police de Likasi a incinéré une cargaison de chanvre, saisi. Elle a aussi déversé par terre de l’alcool de fabrication artisanale en provenance du Kasaï. 

La quantité saisie de cet alcool, le lutuku, dépasse la mesure ordinaire de ce trafic généralement traqué par les services de sécurité. Ce sont environ 7.200 litres qui ont été déversés sur le sol.

Un magistrat impliqué

Par la même occasion, la police a incinéré, le samedi 16 juillet 2022 dans la soirée, 72 sacs de chanvre. Ce produit est consommé comme drogue en RDC, d’où la traque courante opérée par la police.

Selon l’ONG ACAJ, un magistrat serait impliqué. Elle demande ainsi que la justice s’occupe de son cas.

« Nous saluons l’arrestation, à Likasi, d’un magistrat pour commerce de l’alcool et produits prohibés et espérons des sanctions exemplaires. Appelons le CSM [Conseil supérieur de la magistrature] à sanctionner tout magistrat qui se livrerait au commerce ou entretiendrait des relations avec des commerçants », a écrit l’ONG le lundi 18 juillet.

Pour le chanvre, le sujet ne suscite pas de débat. Mais en ce qui concerne l’alcool artisanal, le lutuku, sa criminalisation ne marche pas pour certaines personnes.

Formaliser la production du lutuku

« Le chanvre, oui c’est à stopper », réagit sur Twitter Mwangal Kaleng, ingénieur agronome et membre de l’UNC. « Mais la production de lutuku, selon moi, devrait être réglementée pour que ce produit soit mis sur le marché. Nous buvons de vodka, qui sont de lutuku, et comme c’est l’Occident qui en produit c’est bon ? Et le nôtre c’est mauvais ? », interroge-t-il.

Il poursuit en disant que les ingénieurs de l’agro-alimentaire pourraient travailler sur la mise en place d’un protocole de production de la première étape. Cela, jusqu’à la vente pour que le lotoko (appellation du même produit en lingala) « prenne une forme réglementée qui pourrait être vendu voir même exporté aussi. C’est une boisson enfin !»

Dans les périphéries de Lubumbashi, par exemple, cette boisson a du succès auprès de plusieurs personnes. Surtout les bourses menues. Or, certains fabricants doivent craindre d’être pris par les services de sécurité.

Puisque sa production reste prohibée en RDC. L’interdiction viendrait de la colonisation. Les mêmes restrictions n’ont pas changé après l’indépendance. Au cours de cette nouvelle période, les dirigeants congolais n’ont pas pu non plus oeuvrer à industrialiser le secteur et amélioration la production de cet alcool.

Cet alcool provient d’un processus de fermentation à base du maïs. Germé, séché, moulu et fermenté au moyen d’une pâte de son de maïs ou manioc, le lutuku connaît deux qualités. La première, appelée lutuku (lotoko), est légèrement moins fort. Sa distillation contient encore beaucoup d’eau qui se mélange à l’alcool sous forme de vapeur.

Montée du secteur informel

La seconde qualité s’obtient de la distillation de la première. L’alcool obtenu, appelé 500 ou Super, est plus fort et très prisé. Sa consommation a explosé à Lubumbashi au cours de la dernière décennie. C’est notamment du fait de l’exode à partir des zones du Kasaï. Ce qui fait que la demande de cet alcool a augmenté.

Dans les arrêts de bus, à Lubumbashi, cette boisson se vend par mesurettes, en détail. Cela facilite sa consommation par toutes les bourses, contrairement à l’alcool raffiné en industrie.

Dans cette ville, en outre, des distilleries ont proliféré en même temps depuis la décennie 2010. Les autorités provinciales, du Katanga de Moïse Katumbi aux nouvelles Provinces issues du déménagement de 2015, ont par moment traqué ces industries. Parfois secrètement installées, elles alimentent le secteur informel de production de l’alcool à forte dose.

DM


Lire aussi| Feu de brousse : 3 filles meurent à Mbonga Kasese

Rejoignez notre Newsletter!

Vous aimez les articles de Congo Durable? Inscrivez-vous dans la newsletter!

You may also read!

Œuvre d'art sur Monusco

 « Funga ritsho », ou la passivité de la Monusco en RDC

« Funga ritsho », pour « ferme l’œil », en kiswahili (de Lubumbashi), est une œuvre urbaine peu ordinaire.

Lire plus...
Butembo, Entrée Prison de Kakwangura

Nord-Kivu : Assaut rebelle sur la prison centrale de Butembo

Autour de la prison de Butembo, des détonations d’armes ont perturbé le sommeil de la population, la nuit du

Lire plus...
Jean-Marc Kabund devant un groupe d'élèves à l'assemblée nationale - RDC

Kabund à Makala : 2 erreurs qu’on pouvait éviter

La justice a placé Jean-Marc Kabund, récemment passé dans l'opposition, sous mandat d'arrêt provisoire. Ce mardi, l'ancien vice-président et

Lire plus...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu

Designed by SoftProviders